Les réserves sont à sec à la Moisson d’Alma

Les réserves sont à sec à la Moisson d’Alma

Crédit photo : Photo Isabelle Tremblay

À quelques semaines de Noël, Moisson d’Alma est aux prises avec un manque important de nourriture. L’organisme parvient à peine à répondre aux besoins de sa clientèle.

Les denrées non périssables et la viande se font de plus en plus rares sur les tablettes. Les besoins sont criants. Bien que Moisson d’Alma reçoive de l’aide de plusieurs organismes de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, l’inventaire est à son plus bas niveau.

«Les tablettes de notre entrepôt peuvent parfois être remplies jusqu’au plafond. Et à l’heure actuelle, c’est pratiquement vide», souligne la directrice Nancy Bolduc.

Les pâtes alimentaires, les cannages à base de tomates, le beurre d’arachide et les collations pour les enfants figurent sur la liste des denrées non périssables dont l’organisme a le plus besoin. Et quant à l’inventaire de viande, il n’est pas suffisant.

« Les gens sont sensibles à la cause parce que nous sommes à l’approche de la période des Fêtes. Mais nous offrons des services douze mois par année », ajoute la gestionnaire.

Beaucoup de demandes

L’an dernier, 291 tonnes de denrées qui étaient destinées aux ordures ont été récupérées.

« Ce sont des produits dont la date d’expiration peut parfois approcher, mais qui sont encore consommables. En plus d’aider des gens, nous avons un effet sur le développement durable puisque nous redistribuons cette nourriture », pointe la directrice.

Des bons d’achat d’une valeur de 6 000$ ont aussi été donnés à la Moisson d’Alma.

L’organisme ouvre en moyenne cinq nouveaux dossiers par semaine.

« Nous sommes en mesure de desservir environ 25% des gens qui vivent sous le seuil de la pauvreté. »

Chaque jour, 35 bénéficiaires ont recours au service de dépannage alimentaire. Les trois quarts de la clientèle sont des personnes seules ou des familles monoparentales. Selon le dernier rapport annuel de l’organisme, 73% des usagers demeurent dans un logement privé. Les personnes de 0 à 17 ans composent 25% des utilisateurs.

Pour aller chercher la nourriture, la livrer, la trier et accueillir les gens, les services de huit à douze personnes par jour sont requis. La plupart sont des bénévoles puisque Moisson Alma ne compte que quatre employés réguliers.

 

Poster un Commentaire

avatar