Un nouveau film renversant à l’Odyssée des Bâtisseurs

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Un nouveau film renversant à l’Odyssée des Bâtisseurs
La mer intérieure est une véritable vitrine sur le Lac-Saint-Jean et ses attraits naturels. (Photo : courtoisie)

Tant sur le plan visuel que sonore, le nouveau film de L’Odyssée des Bâtisseurs est une réussite. Projeté sur 360 degrés dans l’ancien château d’eau, La mer intérieure offre un regard unique sur le Lac-Saint-Jean et ses attraits.

Deux ans de travail et 630 000$ auront été nécessaires à la réalisation de ce défi technique. Un effort dont le résultat ne laissera personne indifférent.

Dramatique et poétique à la fois, le film raconte l’histoire d’une mère et sa fille venues d’une île du Pacifique à la suite d’une catastrophe naturelle ayant emporté leur maison.

C’est ainsi qu’elles nous entraînent dans leur voyage vers les confins du Lac-Saint-Jean, leur nouvelle terre d’accueil.

Dès les premiers instants, on se laisse envelopper par la douce voix d’une narratrice, qui nous fait l’éloge de la région à partir des textes de la poétesse innue Marie-Andrée Gill. Sans compter les effets sonores et la musique de Robert R. Pelletier qui se superposent parfaitement au profit d’une expérience auditive remarquable.

Des images saisissantes

Entrecoupé de séquences d’animations à l’aquarelle d’un esthétisme léché, le film présente des prises de vue à couper le souffle du Lac-Saint-Jean et de ses territoires sauvages, mais aussi des gens qui l’habitent.

Rappelons que le tout est projeté de part et d’autre sur les parois intérieures du château d’eau, ce qui en fait une expérience immersive tout à fait inédite. Tant les touristes que les natifs du Lac-Saint-Jean pourront y trouver leur compte.

La mer intérieure est un film immersif projeté sur 360 degrés à l’intérieur du château d’eau de l’Odyssée des Bâtisseurs.

Une collaboration fructueuse

Selon la directrice générale de la Société d’histoire du Lac-Saint-Jean, Anne-Julie Néron, le succès de La mer intérieure repose avant tout sur l’excellente collaboration des différents partenaires ayant pris part au projet.

« On a été très chanceux. Tous les créateurs qu’on a regroupés étaient très talentueux et ont très bien travaillé ensemble! »

La direction artistique de La mer intérieure a été prise en charge par le studio Cadabra. L’équipe s’est inspirée des richesses de la région et des recommandations émises par la Société d’histoire du Lac-Saint-Jean.

De son côté, l’agence Canopée Médias de Saguenay a réalisé  la capture d’images. Les illustrations ont été réalisées par l’artiste Carine Khalifé. La direction artistique du volet animation lui a également été confiée.

 

Partager cet article