Impérativement, une ceinture verte autour d’Alma

Rédaction
Alma, 17 février 2021

Monsieur le Maire Asselin,
Monsieur Denis Verrette, dir. Service d’urbanisme
Mesdames, Messieurs,
membres du Conseil municipal d’Alma

Comme plusieurs de mes concitoyens, je suis un grand marcheur en forêt en toute saison et tous remarquent qu’en ces temps de pandémie, le nombre d’habitués s’est considérablement accru. J’arpente habituellement le parc de la Pointe-des-Américains et les nombreux boisés qui ceinturent les quartiers d’Isle-Maligne et Delisle. Malheureusement, depuis quelques années, ces milieux naturels, non protégés, sont de plus en plus malmenés et saccagés par une forte augmentation d’activités récréatives à moteur.

Par leurs courses effrénées et leurs parcours désordonnés, ces supposés «amateurs de plein air» mettent en charpie ces écosystèmes qui regorgent de vie autour de marais, marécages, différents types de tourbières ainsi que des ruisseaux et de petits étangs. En plus d’ajouter à la pollution du bruit et de l’air de ces forêts urbaines au demeurant paisibles, ils troublent la tranquillité du voisinage, des marcheurs, familles et personnes âgées et une faune qui est de moins en moins à l’abri de leurs incursions chaotiques. Considérant que la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres, il y a là une transgression claire d’équité en plus d’un legs négatif.

Il faut mettre fin à ce pure vandalisme pour les générations à venir et pour rehausser le rôle de protecteur de la municipalité. Un environnement naturel en bon état constitue un atout particulier avec un énorme pouvoir d’attraction pour les nouveaux citoyens comme pour les touristes. De plus, un environnement naturel sain a un impact majeur sur les revenus fonciers d’une municipalité en augmentant la valeur des propriétés et le prix moyen des loyers.

Dans son rapport annuel de 2019, on peut lire que l’Union des municipalités du Québec a participé aux différentes tables de cocréation du MELCC afin de faire valoir les enjeux municipaux en lien avec la Loi sur la qualité de l’environnement entrée en vigueur le 23 mars 2018. L’UMQ a alors mise en évidence la place des municipalités à titre de fiduciaires de l’environnement. Par la présence du maire Asselin sur le conseil d’administration de l’UMQ et sur le comité de la forêt, les membres du conseil municipal d’Alma doivent nécessairement avoir eu vent de ces enjeux.

D’ailleurs la politique du développement durable de Ville d’Alma stipule que : « La protection de l’environnement est un élément fondamental qui contribue au développement durable d’un territoire. Celle-ci est au cœur des préoccupations de la Ville d’Alma puisque la qualité de vie de ses citoyens et des générations futures dépend des gestes que nous posons aujourd’hui … »

Considérant ceci, je demande expressément aux responsables et élu-es municipaux de passer à l’action afin de protéger et mettre en valeur l’ensemble des milieux naturels sur le territoire d’Alma, qu’ils soient publics ou privés, et de créer ainsi une « ceinture verte ». Par ce fait, Alma deviendra un modèle de gestion durable en plus de pourvoir à ses atouts économiques pour un développement responsable et soutenable. Et si possible, je vous suggère d’aller constater sur place l’étendue des dégâts avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous prie d’agréer, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Marc Fortin,
Alma
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires