Brasseur d’histoires – La microbrasserie Riverbend prend un virage stratégique

Rédaction
Brasseur d’histoires – La microbrasserie Riverbend prend un virage stratégique
Sébastien Morasse, copropriétaire de la microbrasserie Riverbend

PUBLIREPORTAGE–

Fondée il y cinq ans les propriétaires de la microbrasserie ­Riverbend ont pris la décision d’embouteiller certains de leurs produits. Un projet murement réfléchi par les trois propriétaires de l’entreprise.

Un changement majeur pour souligner le cinquième anniversaire de l’entreprise. « Ça s’en vient. Tous nos produits en fut de chêne seront disponibles en bouteilles. Avec le temps, on s’est aperçu que la clientèle voit dans une bière en bouteille un produit plus prestigieux. »
« ­Même si c’est un même contenant de 500ml les amateurs de bière sont prêts à investir un peu plus lorsque le produit est embouteillé », commente ­Sébastien ­Morasse, copropriétaire de la microbrasserie ­Riverbend.
Un virage stratégique qui se concrétisera d’ici la fin novembre. « ­Les gens pourront en acheter pour la période des ­Fêtes. »

Histoire de famille

L’histoire de la microbrasserie est avant tout une histoire de famille, celle de ­Sébastien ­Morasse, sa conjointe ­Audrey ­Girard et son frère ­Jean-Philippe ­Morasse. « ­En 2009, j’ai commencé à travailler dans des brasseries comme brasseur. Avec le temps j’ai développé le goût de voler de mes propres ailes en concoctant mes propres recettes et aller de l’avant avec mes idées », ­ajoute-t-il.
De fil en aiguille le projet prend naissance. « ­On a développé l’idée de fonder notre propre entreprise. Chez ­Riverbend, la bière est le résultat des efforts de tous sans distinction, unis par une même passion », ajoute le copropriétaire.

Un départ fulgurant

Au début de l’aventure, les gestionnaires de la microbrasserie avaient l’intention de fabriquer, en moyenne, sept produits différents par année. « ­Assez rapidement, dès l’ouverture la folie des nouveautés et la très grande demande pour les bières de microbrasseries, nous a obligé à en produire davantage », affirme ­Sébastien ­Morasse.
« ­En cinq ans nous avons mis en marché une cinquantaine de produits différents. » ­Des bières qui pour certaines sont saisonnières. En moyenne, on peut retrouver sur les tablettes des points de vente, de 8 à 10 bières différentes. »
« ­On a également brassé des produits « prestige ». Avec plus de 100 futs de chêne, nous avons la capacité de créer des bières très prisées en petite quantité. »
Au ­Québec les bières ­Riverbend sont disponibles dans plus de 300 points de vente. On en retrouve dans les quatre coins de la province.

Philosophie de la microbrasserie

Le nom de la microbrasserie n’est pas étranger à l’histoire de la ville d’Alma. La philosophie de ses propriétaires d’allier des méthodes brassicoles ancestrales à un contenant contemporain et des produits locaux rend hommage à une partie de l’histoire d’Alma.
Les propriétaires ont toujours véhiculé le goût de s’inscrire dans le développement industriel de la ville en rendant hommage à une compagnie qui a participé à son développement, les ­Price ­Brothers.

Implication sociale

Pour ­Sébastien ­Morasse le climat de travail fait partie de la réussite de la microbrasserie. « ­Chaque employé fait partie de la famille. On aime prendre soin de nos employés et créer une ambiance de travail agréable et dynamique. Notre clientèle le ressent. Sans nos employés il aurait été impossible de nous rendre aussi loin dans l’aventure. »
« ­On n’hésite pas à s’impliquer dans le milieu. On épouse des causes pour redonner à la collectivité. Pour nous, c’est important. Ça fait également partie de nos valeurs. Les gens nous supportent et nous on aime passer au suivant. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires