Samuel Girard se ressource dans son patelin

Samuel Girard se ressource dans son patelin

Samuel Girard était au Centre Mario-Tremblay à Alma le 28 janvier dernier pour une séance de signatures

Crédit photo : Janick Émond

Défenseur de l’Avalanche du Colorado et originaire de Roberval, Samuel Girard a fait un passage remarqué dans la région la semaine dernière lors de la semaine de congé dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Cette pause dans la région était très importante pour lui, puisque ça lui permettait de penser à autre chose que le hockey. «Moi, juste venir me ressourcer ici dans ma région et voir ma famille, mes amis, ça permet d’enlever de la pression de sur mes épaules et beaucoup de stress», mentionne Girard.

Il n’aura cependant pas chômé, alors qu’il a participé à un tournoi de poche afin de récolter des fonds pour la fibrose kystique, dont son cousin est affecté.

Un total de 3546,25 $ a été amassé pour la cause. Il a également participé à des séances d’autographes.

«J’aime beaucoup redonner à ma communauté. Je sais qu’ils sont derrière moi à chaque match, raconte le défenseur vedette. D’être ici et pouvoir mettre un sourire sur le visage des petits garçons, ça fait juste du bien.»

Il a également pris un bain de foule au Centre Mario-Tremblay, la semaine dernière, pour une séance de signatures organisée par Duchesne Auto, dont Samuel est l’ambassadeur. Sa présence était vue d’un bon œil par les organisateurs, qui n’avaient que de bons mots pour lui.

«Samuel est quelqu’un qui a encore la tête là où tout a commencé, il n’oublie pas d’où il vient. Il garde les pieds sur terre. Ça revient dans ses valeurs. Même s’il est rendu dans la Ligue nationale, on se parle de façon régulière, de trois à quatre fois par semaine et il me demande des conseils pour son rôle d’ambassadeur», commente le responsable des communications et du marketing chez Duchesne Auto, Michael Gagnon.

Même au Colorado, où les sorties publiques sont contrôlées par l’équipe, Girard s’implique dans la communauté. L’athlète originaire de Roberval donnait en exemple qu’il y a quelques semaines, il a passé une séance sur la glace avec des petits qui apprenaient à patiner.

Encore en apprentissage

Malgré une bonne deuxième saison dans la LNH, Girard ne cache pas qu’il doit encore s’améliorer.

«Je suis encore en apprentissage. J’ai encore juste 20 ans. Les vétérans m’aident beaucoup à devenir un meilleur joueur. Il faut que je continue sur cette voie-là, indique Samuel Girard. Je suis très content de l’utilisation que l’équipe fait de moi. Je joue entre 19 et 23 minutes par match et je suis sur la deuxième unité de l’avantage numérique.»

Poster un Commentaire

avatar