Club d’Athlétisme Jeannois d’Alma : Le développement avant les médailles

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Club d’Athlétisme Jeannois d’Alma : Le développement avant les médailles
Les entraineurs du Club d’Athlétisme Jeannois d’Alma, René Couture et Josette Turcotte. (Photo : Trium Médias – Janick Émond )

« Quand nos athlètes vont en compétition, on ne leur demande qu’une seule chose, soit d’améliorer leurs performances. Ce n’est pas nécessairement d’aller chercher la médaille d’or, mais bien de se dépasser. »

Voilà l’objectif du Club d’Athlétisme Jeannois d’Alma, explique par l’entraineur René Couture, qui fait partie de l’organisation depuis ses débuts, il y a maintenant 44 ans.

Il ajoute d’ailleurs qu’avant tout, le club sert à développer les jeunes et non pas à être le meilleur au classement. L’important, c’est l’épanouissement et le dépassement de soi.

« Dans les compétitions, nous ne nous comparons pas aux autres organisations. Ce que nous voulons, c’est des jeunes qui nous représentent bien et qui s’améliorent constamment. Quand ils arrivent avec nous, on regarde leurs capacités et on fait le nécessaire pour les amener au prochain niveau. Un jour, le travail va payer et ils vont en gagner des médailles, mais avant ça, il y a beaucoup d’efforts à faire. »

Ainsi, avant leurs 16 ans, les athlètes vont pratiquer tous les sports de l’athlétisme afin qu’ils développent un maximum d’aptitude. Lors des compétitions, ils doivent donc participer à un minimum de trois épreuves différentes.

« Ensuite, vers 16 ans, le corps a presque fini de se transformer et le jeune peut se spécialiser dans une épreuve qui va mieux lui correspondre. Il ne recommence pas à zéro une nouvelle facette parce que son corps l’empêche maintenant de performer dans ce qu’il faisait avant », indique l’entraineuse Josette Turcotte.

Multisports

Un regain de popularité est ressenti au sein du club d’athlétisme, principalement chez les jeunes, depuis environ trois ans. René Couture et Josette Turcotte attribuent cette hausse au Centre multisports.

« C’est beaucoup plus attirant que de s’entrainer dans un gymnase, c’est certain », lance René.

Il ajoute que le travail est également beaucoup plus facile avec ces nouvelles infrastructures. Avant, pour la course, l’entrainement devait se faire au travers les casiers du Pavillon Wilbrod-Dufour, sur un sol qui n’est pas nécessairement adéquat.

« En plus, nous n’avions pas tout le monde à portée de vue, donc c’était difficile d’aider les gens. Maintenant, on voit tout de partout au Centre multisports et ç’a un bel impact sur les résultats en compétition de nos athlètes », conclut-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des