Jeannois d’Alma: le pire évité pour la prochaine saison

Cédrick Boulianne
Jeannois d’Alma: le pire évité pour la prochaine saison
(Photo : Courtoisie)

Sans saison de hockey, les Jeannois du Collège d’Alma n’ont pas pu évaluer les futurs prospects pour former la formation 2021-2022. Une situation qui n’inquiète pas l’entraineur-chef, Pascal Hudon puisque que seulement quatre postes sont disponibles.

« Heureusement, nous ne sommes pas dans une situation de reconstruction, puisque nous y sommes passés, il y a deux ans où nous avons dû aller chercher 15 joueurs partout dans la province. En temps de pandémie, ce serait presque impossible à réaliser », affirme-t-il.

Avec le départ de seulement quatre vétérans et une équipe de recruteurs qui regardent aller les jeunes dès leur début au secondaire, la construction de l’équipe 2021-2022 ne stresse pas l’entraineur.

Bien sûr, l’équipe n’a pas été en mesure de constater le niveau de jeu des joueurs qui s’apprêtent à faire le saut au niveau collégial, mais tout le monde est dans le même panier, rappelle Pascal Hudon.

« Ce n’est pas évident pour nous, mais en même temps, tous les autres coachs et joueurs sont dans la même situation que nous, donc personne n’est désavantagé. Normalement, on tient un camp d’une soixantaine de joueurs en mai pour voir leur progression, mais là c’est impossible de le faire, donc on va devoir attendre encore ».

Du bonheur, malgré la déception

Ce qui déçoit le plus Pascal Hudon, c’est que certains joueurs n’ont pas pu jouer alors qu’il s’agissait de leur dernière année dans le hockey organisé.

« Chaque année, les derniers jours, les gars pleurent comme des bébés. Ils arrivent ici en tant que recrues et restent à l’écart un peu et pensent à leur dernière saison et avec les années, ils s’investissent, deviennent capitaines et ça me rend triste de ne pas pouvoir leur offrir cette dernière campagne, ce dernier souvenir ».

Il n’y a pas que du négatif, l’équipe, qui n’avait pas chaussé les patins depuis le 31 octobre, a pu retourner sur la glace en petit groupe, il y a deux semaines. De quoi rendre les joueurs heureux de pouvoir côtoyer à nouveau leurs coéquipiers, et ce même en track suit.

« Les gars sont habitués d’être sur la glace 6-7 fois par semaine pendant 10 mois. Même si on ne peut pas appeler ça des pratiques, on voit très bien qu’ils avaient hâte de revenir. »

Partager cet article