Le soccer, une affaire de famille chez les Djemba

Le soccer, une affaire de famille chez les Djemba
Dominique Djemba a communiqué sa passion à ses deux filles

JEUX DU QUÉBEC. L’entraîneur de la formation féminine de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Dominic Djemba, a su transmettre sa passion pour le sport à ses deux filles, Constance et Catherine toutes deux participantes aux Jeux du Québec de Longueuil.

Constance Djemba est l’une des six joueuses de l’équipe féminine de soccer ayant participé, l’an passé, au Festival des sélections régionales de Longueuil. Son expérience des jeux et de la compétition seront significatives pour l’équipe.

«Question d’éthique, Constance a dû travailler plus fort que les autres afin de faire partie de l’équipe. C’était une exigence de ma part», mentionne son père, Dominic Djemba, l’entraîneur de la formation régionale.

La jeune fille révèle avoir été initiée au soccer dès l’âge de cinq ans. «Mon père entraînait la première équipe que j’ai intégrée», informe la joueuse maintenant âgée de 13 ans.

«C’est une opportunité pour moi d’entraîner ma fille pour les Jeux», avance le passionné de soccer, M. Djemba.

Aux derniers Jeux du Québec, l’aînée, Catherine a remporté l’or au sein de l’équipe régionale de soccer pour la 3e division.

La jeune sportive qui a récemment été assistante-entraîneure participe à nouveau aux Jeux cette année, mais cette fois-ci, en volleyball.

À Longueuil du 1er au 9 août

Du côté de l’équipe masculine régionale, Pascal Fortin qui en est à sa 3e participation aux Jeux du Québec en tant qu’entraîneur a eu de la difficulté à retrancher les derniers joueurs en vue des Jeux. «Les jeunes de la région sont passionnés et bons techniquement», affirme-t-il.

Selon les joueurs, la Mauricie demeure l’équipe la plus intimidante.

«Mon but est de conserver notre classement et de demeurer dans la 2e division», remarque M. Fortin. Ce dernier dénote qu’un podium n’est pas une nécessité. Sa priorité réside dans la performance livrée par ses joueurs.

Par ailleurs, chez les filles, mentionnons que l’équipe de Montréal sera l’adversaire de taille si elles passent en finale. «Elles risquent d’aller chercher l’or si elles jouent comme elles ont joué à Québec en juin», expose M. Djemba.

Louis Doré, impliqué dans le sport de sa fille Élisabeth semble être du même avis. C’est une cuvée de jeunes filles performantes, motivées et sérieuses. Elles sont la crème de la région, souligne-t-il.

Partager cet article