Quand la fratrie mène aux plus hauts sommets

Par Laurie Fortin
Quand la fratrie mène aux plus hauts sommets
Adèle (centre) et Florence (droite) ont réalisé un exploit et un travail d'équipe exceptionnel lors du Championnat québécois de cyclisme sur route.

MÉDAILLES. Un film. C’est ce qu’Adèle et Florence ont fait vivre à leurs parents, amis et tous les membres du Club Proco aujourd’hui en Beauce au Championnat québécois de cyclisme sur route.

Samedi, les sœurs Normand complètent un superbe routier, Adèle au premier rang et Florence au 3e, une trentaine de seconde après que sa sœur croise le fil d’arrivée.

Dimanche matin, les jumelles doivent composer avec leur bête noire, les jeux d’habiletés et Adèle se classe finalement au 6e rang alors que sa sœur la suit au 9e. Bref, elles n’obtiennent aucun point pour cette épreuve ce qui après certains calculs, les place devant une réalité: il faut absolument qu’elles finissent aux deux premiers rangs pour qu’Adèle obtienne le maillot de championne québécoise. C’est la seule façon de devancer la coureuse qui se positionne au 1er rang après les deux épreuves. Qu’une autre coureuse arrive 2e aurait aussi permis à Adèle de décrocher le maillot mais comme l’explique le père également président du Club Proco, Louis Normand, les stratégies ne peuvent être que déployées à l’intérieur du club.

«Je n’irai pas voir les autres filles pour leur dire d’arriver 2e», lance-t-il avec humour. Une fois que les points sont comptés, J’essaie de leur donner des directives simples à suivre pour la course et elles doivent les appliquer du mieux qu’elles peuvent. Florence avant gagné à St-Bruno [critérium mardi dernier]. Elle était dans une bonne condition mentale. Comme entraîneur, c’est une grande chance d’avoir deux coéquipières dans la même catégorie, qui veulent travailler ensemble.»

Adèle mène la course du début à la fin, à fond de train, tellement qu’un moment donné Louis Normand lui demande de ralentir le rythme pour que Florence puisse la rattraper. Florence, en allant chercher dans chacune de ses réserves, réussit à rattraper la meneuse aux points Anne-Clara Belley deux tours avant la fin, pour aller se positionner. deuxième.

«Lorsqu’elle est arrivée, elle s’est effondrée sur le sol», de décrire Louis Normand, en mentionnant que sa fille traîne en plus un petit mal de genou.

La fierté de voir Florence aller chercher ce 2e rang a évidemment rempli d’une fierté indescriptible son père et sa mère Mélanie Gagnon, aussi présente sur place.

«Elle a donné un effort durant cette course pour sa sœur comme elle n’en a jamais donné un seul pour elle-même», de lancer Mélanie Gagnon, émotive. Avec cette 2e position, Florence a réussi sa course la plus performante sur le circuit provincial elle qui se situe normalement dans le top10.

 

Partager cet article