Rafaëlle Tremblay, Chloé Rossignol, Catherine Tremblay et Léa Fortin sont sélectionnées

Par Laurie Fortin
Rafaëlle Tremblay, Chloé Rossignol, Catherine Tremblay et Léa Fortin sont sélectionnées

Une cinquantaine de filles provenant de partout dans la région ont tenté leur chance au camp de sélection de l’équipe régionale féminine de volleyball tenu en janvier dernier. Rafaëlle Tremblay, Chloé Rossignol, Catherine Tremblay et Léa Fortin ont été retenues sur les 12 joueuses qui forment l’équipe. Elles ont participé samedi dernier à leur première séance d’entraînement.

Rafaëlle Tremblay a peut-être été la moins surprise d’avoir été sélectionnée puisqu’elle avait déjà fait partie de l’équipe l’an dernier. Elle insiste tout même pour dire que rien n’était «donné d’avance». Pratiquant le volleyball depuis quatre ans, la jeune a participé aux Jeux du Québec l’an dernier. L’entraîneur de l’équipe Luc Harvey explique que cette dernière possède une longueur d’avance sur les autres.

Sa collègue et amie, Léa Fortin a été surprise de la tournure des évènements car elle ne croyait pas être choisie. Les deux Almatoises pratiquent le volleyball depuis 4 ans.

Chloé Rossignol, pour qui le volleyball est une passion, profite des conseils de ses parents depuis plusieurs années. Son père, Pierre Rossignol, est d’ailleurs l’entraîneur de l’équipe de niveau Cadet dont elle fait partie depuis 3 ans. Chloé Rossignol ne se cache pas pour décrire sa joie. « Je suis super contente! Ma sœur avait déjà essayé de faire le camp mais elle n’avait pas réussi. C’est elle qui m’a proposé de l’essayer », explique l’athlète de Saint-Cœur de Marie. Pour elle, le camp de trois semaines représente une belle occasion d’améliorer ses petits tics problématiques.

Catherine Tremblay a aussi bénéficié des encouragements de ses deux parents. Elle a souligné la chimie particulière présente lors de la toute première pratique. Alors que les jeunes filles ne se connaissaient que de vue, rapidement un lien s’est établi et l’estime mutuel et l’encouragement sont apparu. Malgré le fait, qu’elle n’avait pas joué depuis plus d’un mois, Catherine Tremblay a apprécié cette après-midi.

Entraîneurs

Luc Harvey, l’un des deux entraîneurs, spécifie qu’étant donné que les jeunes filles proviennent de clubs de partout de la région, l’équipe est assez forte. Les joueuses ont été jugées grâce à des tests physiques comme le saut en hauteur et des tests techniques en lien avec le volleyball. Les entraîneurs se sont aussi promenés durant les tournois de la région pour évaluer les joueuses en action. Lors de la pratique de samedi dernier, les entraîneurs ont fait beaucoup de correctifs sur les techniques de base comme les touches et les manchettes.

L’équipe régionale peut opter sur deux entraîneurs très expérimenté. Enseignant au Cégep de Jonquière, Luc Harvey a déjà pratiqué le volleyball à l’université et est présentement le président de l’Association régionale de volleyball du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Michel Gagnon est aussi une figure bien connue dans le milieu du volleyball. Après avoir quitté ce domaine durant quelques temps, il s’est fait convaincre par Luc Harvey de revenir et d’accompagner les joueuses de l’équipe féminine régionale. Après Charles H. Cardinal, Volleyball Canada a souligné l’apport d’un deuxième québécois en la personne de Michel Gagnon en le sélectionnant pour faire partie du temple de la renommée. Les honneurs se poursuivent pour l’entraîneur émérite qui sera le 31 mai

prochain, l’un des six premiers à être intronisé par la Fédération de volleyball du Québec au nouveau temple de la renommée.

Michel Gagnon et Luc Harvey souhaitent développer de jeunes entraîneurs de même que des joueurs de haut calibre.

Les jeunes filles âgées de 13 à 15 ans devront suivre un camp intensif du 6 juillet au 28 juillet à travers lequel elles vont consacrer cinq heures par jour durant tous les jours de la semaine à leur sport. Luc Harvey explique ce camp doit accueillir des joueuses prêtent physiquement. «Tu ne vas pas là pour te mettre en forme, tu dois déjà l’être », mentionne-t-il.

Le championnat provincial auquel les joueuses prendront part a lieu le 26 juillet prochain à Sherbrooke. Luc Harvey avoue que l’équipe du Saguenay-Lac-Saint-Jean part de reculons puisque contrairement aux autres équipes, elle ne bénéficie pas d’infrastructure Élite. « Ça nous aurait pris un programme provincial pour développer nos joueuses. La saison qu’on a pas eu elle nous fait mal », souligne Luc Harvey.

Partager cet article