Sport-Études volleyball : Le PWD aura son programme

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Sport-Études volleyball : Le PWD aura son programme
Le mandataire du programme, Daniel Dawson, est également entraîneur de l’équipe de volleyball du Cégep de Jonquière. (Photo : Courtoisie)

Le volleyball féminin a la cote depuis plusieurs années dans la région et le Pavillon Wilbrod-Dufour d’Alma répond à la demande en lançant, dès le mois de septembre prochain, un programme en Sport-Études, concentration volleyball.

« Ce sport est super fort au Lac-SaintJean. Il y a beaucoup de jeunes filles qui y participent dans le réseau scolaire et on y a vu un besoin. La réponse qu’on a reçue démontre ce besoin pour que ces athlètes puissent se diriger vers les programmes d’excellence », mentionne le mandataire du programme, Daniel Dawson.

Pour cette année, les inscriptions ne sont ouvertes que pour le volleyball féminin, faute de popularité du côté masculin.

Comme l’expliquait M. Dawson, la demande en région n’est pas très forte chez ceux-ci. Il n’y a environ que six équipes de garçons, alors que chez les filles, on dénombre entre 60 et 70 équipes.

Les discussions pour amener ce programme au Pavillon Wilbrod-Dufour se faisaient depuis quelques années, entre les responsables et l’école. Cependant, en raison des infrastructures limitées à l’époque, le projet ne pouvait aboutir.

« Avec les développements qu’il y a eu dernièrement au niveau des gymnases, ç’a permis que tout soit mis en place de manière à lancer le nouveau programme dès septembre. La totalité des activités va se tenir au Centre Mario-Tremblay », indique Daniel Dawson.

Ouvertes jusqu’au 22 mars, les inscriptions se font pour les élèves de secondaire 1 à 4. « Évidemment, lorsque les jeunes vont monter en secondaire 5, ils seront encore dans le programme, mais pour commencer, on ne voulait que secondaire un à quatre pour qu’ils se regroupent dans les catégories Benjamine (1-2) et Cadette (3-4) », explique le responsable.

« Nous avons comme objectif d’avoir un minimum d’une dizaine de jeunes par année de secondaire, mais on pense qu’on sera en mesure d’avoir deux groupes de travail qui regrouperaient de 20 à 24 étudiants », conclut Daniel Dawson.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des