Vélo de montagne : Une saison incroyable au Parc d’une rive à l’autre

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Vélo de montagne : Une saison incroyable au Parc d’une rive à l’autre
(Photo : Courtoisie)

La saison de vélo de montagne a été très bonne pour le regroupement des sentiers du Parc d’une rive à l’autre d’Alma. Il s’agit de l’un des étés les plus occupés depuis plusieurs années.

Les gens de la région ont effectivement fait lever beaucoup de poussière dans les sentiers de la Pointe-des-Américains et du Club Dorval.

C’est cependant la quantité de cyclistes provenant de l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui a surpris le directeur général de l’organisation, Denis Caouette.

« Ça m’a frappé de voir comment on recevait des personnes de l’extérieur dans nos centres. On voyait beaucoup de gens des Laurentides, de Québec et de Montréal. Il faut dire qu’avec la pandémie, les gens ont vraiment visité la province cet été et ça s’est bien fait ressentir chez nous », explique-t-il.

Difficile par contre de mettre des chiffres sur l’achalandage qu’il y a eu dans les centres du Parc d’une rive à l’autre, puisqu’aucun billet n’est vendu.

« C’était par contre très perceptible. Mais si on y va d’une estimation, ça ne serait pas exagéré de dire que nous avons connu une hausse de cyclistes de 30 à 40 % environ. »

Popularité

Denis Caouette explique également que le vélo de montagne est en constante hausse de popularité depuis quelques années. Le contexte de la pandémie a d’ailleurs vraisemblablement donné un coup de main aux sports de plein air.

« Le vélo de montagne a été une belle opportunité pour les gens de finalement sortir de la maison après des mois de confinement et de prendre du bon air en nature. On a vu beaucoup de cyclistes venir pédaler en famille dans nos sentiers. »

Nouveaux adeptes

Il a aussi été remarqué que beaucoup de personnes ont débuté le vélo de montagne cet été.

« J’en ai rencontré plusieurs des cyclistes qui me racontaient justement qu’ils commençaient, qu’ils y prenaient beaucoup de plaisir et qu’ils en faisaient de plus en plus intensément. »

De plus, le directeur général du Parc d’une rive à l’autre a vu un regain d’intérêt marqué au sein du Club Cyclone d’Alma.

« Sans parler en leur nom, je peux dire qu’il y avait une forte participation lors de leurs entrainements dans nos sentiers, et ça fait plaisir à voir », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires