Une usine de production de cannabis à Desbiens?

Une usine de production de cannabis à Desbiens?

Nicolas Martel souhaite profiter de la mise en place de la loi C-45.

Crédit photo : Photo Archives

La municipalité de Desbiens est actuellement à la recherche d’un promoteur prêt à utiliser ses terrains municipaux pour y déployer une installation permettant la production de cannabis médicinal.

Une visite, par un groupe bien implanté dans cette industrie, a été effectuée la semaine dernière et les perspectives sont intéressantes pour la mise en place d’un tel projet selon le maire de l’endroit Nicolas Martel.

«À Desbiens, nous avons toujours été offensifs et le conseil municipal tient à saisir cette occasion unique de se développer davantage », mentionne le maire de Desbiens, M. Nicolas Martel.

C’est la firme Raymond Chabot Grant Thornton qui a été mandatée pour évaluer les opportunités liées à l’arrivée la loi c-45 sur la légalisation du cannabis.

Étude

L’étude s’est entre autres basée sur la conjoncture actuelle et sur de récents cas d’implantation au Québec et ailleurs, pour illustrer le potentiel de développement et les enjeux de rentabilité. Selon les constats, Desbiens possède plusieurs atouts et facteurs attractifs pour l’implantation de ce type de projet : « La municipalité de Desbiens a une position stratégique concernant le transport, des avantages énergétiques indéniables et possède une bonne source d’approvisionnement en eau. La volonté politique y est, et le contexte est favorable. Nous pensons qu’il s’agit d’une opportunité dans un marché d’envergure et une forte perspective de croissance, même au Canada » précise Éric Dufour, vice-président régional de la firme Raymond Chabot Grant Thornton qui a réalisé l’étude exploratoire.

Inquiet des répercussions du cannabis sur la consommation de nos jeunes, le maire croit que ce projet peut servir à jeter les bases d’une campagne de sensibilisation.

«Avec l’obtention de ce projet, je m’engage à injecter des fonds qui permettront la sensibilisation et l’éducation sur les conséquences du cannabis.»

Consciente qu’elle ne possède pas les expertises requises pour la production de cannabis et que les délais d’obtention de permis sont complexes et longs, la municipalité a confié un deuxième mandat à la firme Raymond Chabot Grant Thornton afin de l’accompagner dans la recherche d’un promoteur.

Les acteurs du milieu doivent considérer ce projet comme étant un générateur d’emplois favorisant l’établissement de nouvelles familles et porteur de retombées économiques directes et indirectes », constate Éric Dufour.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Dave Recent comment authors
Dave
Invité
Dave

Bonne chance