La miniature, un monde fascinant par nature

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
La miniature, un monde fascinant par nature
La petitesse du détail y est telle qu’il est très ardue de rendre justice aux œuvres de Marc Demers avec un appareil photo. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

S’il le fait avant tout pour le plaisir, le miniaturiste Mars Demers admet qu’une œuvre réussie lui procure une grande satisfaction, et ce, particulièrement lorsqu’il s’agit d’une pièce personnalisée.

« Un jour, j’en ai fait une pour une dame dont le mari était décédé. J’ai reproduit l’espèce de petit camp dans lequel elle a vu son mari aller couper du bois toute sa vie. J’ai tout refait dans les moindres détails à partir d’une photo. Elle, elle a 81 ans, et quand je lui ai donné, elle m’a dit que c’était le plus beau cadeau qu’elle n’avait jamais reçu. Elle m’a dit que quand elle se levait la nuit, elle devait absolument aller le voir! », raconte l’artiste.

De la même façon, il retire toujours du plaisir à constater la réaction des enfants lorsque ceux-ci posent le regard sur ses œuvres. « À chaque fois, leurs yeux deviennent grands grands. C’est vraiment beau à voir. »

Marc Demers explique que la miniature est une forme d’art intrinsèquement fascinante du fait qu’à première vue, on ne peut que se demander comment il a été possible de travailler à une si petite échelle. « Ça reste très difficile ».

Et c’est justement parce qu’il a toujours été impressionné par la miniature qu’il a décidé de s’y mettre.

Un pas à la fois

Mais devenir un miniaturiste ne se fait pas du jour en lendemain.

Dans son cas, Marc Demers raconte qu’il a dû procéder étape par étape, la plus importante ayant été l’ajout de personnages.

Au départ, l’artiste se limitait à la création de paysages. Jusqu’au jour où une amie lui dit : « sais-tu ce qu’il manque dans tes œuvres Marc? Ce sont des personnages. »

C’est ainsi que lentement mais sûrement, il se mit à sculpter ses premières figurines à même des cure-dents.

La réalisation d’une miniature requiert une précision chirurgicale.

Aujourd’hui, les œuvres de Marc Demers sont parsemées de vie alors qu’elles peuvent aussi bien être ornementées de kayakistes, de skieurs, de pêcheurs ou encore d’oiseaux.

Amoureux de la nature et de plein air, Marc Demers soutient recréer « ce qu’il voit ».

Exposition à venir?

Artiste-peintre à l’origine, Marc Demers a exposé ses tableaux à bon nombre d’endroits, dont notamment au Centre national des Arts d’Ottawa.

Bien qu’il songe à en faire de même pour ses miniatures, il indique ne pas avoir pris de décision relativement à où et quand il le ferait.

Marc Demers invite ceux qui souhaitent en apprendre davantage à consulter sa page Facebook « Miniature Marc Demers » ou à le contacter par téléphone au 581 235-4454.

Partager cet article