Après des milliers de chirurgies, Guy Harvey dépose son bistouri

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Après des milliers de chirurgies, Guy Harvey dépose son bistouri
Le docteur Guy Harvey s’est fait un devoir d’offrir des soins orthopédiques à la fine pointe tout au long de sa carrière. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Entre 6 000 et 10 000, c’est le nombre d’interventions chirurgicales qu’a pratiquées en carrière l’orthopédiste d’Alma Guy Harvey. Après 30 ans d’exercice, le docteur se dirige tranquillement vers une retraite bien méritée. Mais avant, il nous livre un témoignage sur le métier qu’il a tant aimé.

Rappelons que l’orthopédie est une branche de la médecine consacrée à la prévention ou à la correction des déformations et des malformations – congénitales ou issues d’une blessure – des os, des articulations, des muscles et des tendons.

Bien qu’elle soit parfois prenante, Guy Harvey explique qu’il a su trouver beaucoup de réconfort dans le fait que l’orthopédie est une discipline où, contrairement à d’autres, les praticiens se font la plupart du temps porteurs de bonnes nouvelles.

« Au début de ma carrière, je me dirigeais vers la plastie, mais dès que j’ai goûté à l’orthopédie, j’ai tout de suite aimé ça. Sauf exception, en orthopédie, tu ne vois pas des gens malades, tu vois des gens blessés, alors tu amènes une guérison aux gens. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que je guérissais du monde. Alors que quand tu es en oncologie par exemple, tu dois parfois annoncer des décès. »

Les actes médicaux prodigués par Guy Harvey se traduisaient notamment par des infiltrations. Elles visent à administrer un traitement sous forme d’injection locale afin de diminuer une inflammation et les sensations de douleurs qui en découlent.

Mais son « gagne-pain journalier », dit-il, consistait en des interventions chirurgicales, soit pour la pose de prothèses articulaires ou la reconstruction ligamentaire des articulations.

Reconnaissance

En somme, durant 30 ans, le travail du docteur a été de remettre des gens sur pied, ce qui lui a valu une reconnaissance peu commune de la part de ses patients.

« Chaque jour, je reçois toute sorte de cadeaux », illustre-t-il, en pointant du doigt un petit présent soigneusement enveloppé sur le coin de son bureau.

« Justement parce qu’on ne traite pas des décès ou des choses comme ça, la relation qu’on a avec nos patients, elle est bonne. On les guérit, et ils sont très reconnaissants. Ça, ça va me manquer », confie-t-il.

Préretraite

L’heure de la retraite sonnera bientôt pour Guy Harvey. Âgé de 65 ans, il souhaite maintenant passer du temps en famille et s’adonner à différents hobbys, comme la musique. Choses qu’il a partiellement dû sacrifier au cours des trois dernières décennies.

Il a récemment entamé sa préretraite, ce qui signifie qu’il cessera d’opérer à l’hôpital d’Alma. Il restera toutefois disponible pour la consultation à son bureau de la Clinique d’orthopédie d’Alma, dans les Galeries Lac-St-Jean.

C’est qu’avant de tirer sa révérence pour de bon, il souhaite mener ses patients actuels à bon port.

Partager cet article