Éleveur canin: Jimmy Néron en quête de la perfection

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Éleveur canin: Jimmy Néron en quête de la perfection
Jimmy Néron a fait de l’élevage canin sa passion. (Photo : courtoisie)

Jimmy Néron prend soin de ses chiens comme de la prunelle de ses yeux. Cela fait maintenant une vingtaine d’années que le résident de L’Ascension-de-Notre-Seigneur participe à des compétitions canines, un passage obligé pour devenir un éleveur éthique.

S’il n’y a pas de chiens parfaits, concède Jimmy Néron, « le but de faire de la compétition, c’est de trouver les chiens qui se rapprochent le plus de la perfection. Lorsque tu obtiens le titre de champion canadien, c’est un peu comme si tu venais certifier la qualité de ton chien. Les juges vont aller vérifier le tempérament de ton chien, sa structure (conformation du squelette), son mouvement, sa dentition, etc. », explique-t-il.

C’est quoi, un éleveur éthique?

Alors que de plus en plus de gens s’adonnent à l’élevage et à la vente de chiens de race, Jimmy Néron indique qu’il faut rester prudent. C’est là que la notion d’éleveur éthique entre en ligne de compte.

« Les gens qui vendent leurs chiens sur Kijiji, souvent, ce ne sont pas des gens qui vont faire des tests de santé, par exemple. Ce ne sont pas nécessairement des gens qui vont faire de l’élevage pour les bonnes raisons. »

En comparaison, poursuit-il, un éleveur éthique soumettra ses chiens à tous les tests nécessaires afin d’obtenir la garantie qu’ils n’ont aucun problème de santé ou d’ordre génétique. Si bien qu’au moment d’accoupler ses chiens, l’éleveur éthique sait qu’il a deux candidats idéaux qui engendreront une portée saine.

Par ailleurs, rappelle Jimmy Néron, nombreux sont ceux qui, durant la pandémie, ont fait l’adoption d’un chien pour échapper à la solitude. Or, dit-il, cela a amené une demande croissante pour les canidés, et par le fait même, une présence accrue « d’éleveurs du dimanche ».

« Avec la pandémie, les prix ont explosé dans le monde canin. Mais un éleveur éthique, lui, ne fera jamais ça pour l’argent. »

Edgar et Simone, champions

Toujours est-il que Jimmy Néron est un habitué des compétitions. Avec Edgar et Simone, ses deux Terrier Bedlington, il parcourt le Canada d’est en ouest et collectionne prix et rubans.

Récemment, sa femelle a été sacrée championne canadienne après avoir cumulé le nombre de points nécessaires. Plus que quelques points séparent maintenant Simone du titre de grande championne canadienne, un titre qui n’est accordé qu’à peu de chiens.

 

Partager cet article