Femmes en situation de pauvreté: Pour un meilleur accès au transport

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Femmes en situation de pauvreté: Pour un meilleur accès au transport
Le Centre de femmes au Quatre-Temps est un endroit « où les femmes peuvent se sentir chez elle, en confiance, acceptées comme elles sont et pour ce qu'elles sont. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Alors qu’elles peinaient déjà à joindre les deux bouts avant la vague inflationniste, les femmes en situation de pauvreté sont maintenant à court d’options pour assurer leurs déplacements à Alma.

En mars, les prix à la consommation au Canada ont augmenté de 6,7 % d’une année à l’autre, en hausse d’un point de pourcentage par rapport au taux de croissance enregistré en février (+5,7 %). Il s’agit de la hausse la plus marquée depuis janvier 1991 selon Statistique Canada.

« La hausse de l’inflation est nettement plus désavantageuse, et même dramatique, pour les plus démunis. Ceux-ci doivent consacrer pratiquement la totalité de leur revenu à combler leurs seuls besoins essentiels de nourriture et de logement », affirme Maria Silvia Da Silveira, intervenante au Centre de femmes au Quatre-Temps d’Alma.

« Ces indicateurs du taux de pauvreté se traduisent présentement par une augmentation de l’isolement et de la charge mentale. Depuis janvier, les besoins ont considérablement augmenté », poursuit-elle.

Un état de fait dont témoigne tristement bien cet extrait d’appel : « Aidez-moi, j’ai faim! Je suis diabétique. Je suis faible, car ça fait deux jours que je n’ai pas mangé. J’ai déjà demandé à la Saint-Vincent ce mois-ci, alors je ne peux plus en recevoir [de la nourriture]. Je suis isolée et je dois payer mon compte d’électricité, sinon la compagnie va me couper demain. Je ne veux pas retourner avec mon ex-conjoint violent, mais je ne sais plus quoi faire! »

Transport

Alors que tout coûte plus cher donc, les femmes en situation de pauvreté ne sont plus en mesure de s’offrir les services de Taxibus, le seul moyen de transport pour la plupart d’entre elles

Or, rappelle Maria Silvia Da Silveira, l’accès au transport est une des principales façons de briser l’isolement et de permettre aux femmes de se rendre chez les organismes pouvant leur venir en aide.

La semaine dernière, l’intervenante s’est présentée au conseil de ville d’Alma aux côtés de 11 autres femmes afin d’y exprimer leurs doléances.

Elles réclament notamment la mise en place d’un livret de billets de Taxibus à moindre coût.

Elles souhaitent également que soit rendu accessible un véhicule dans lequel il est permis de transporter des marchandises, comme de l’épicerie, mais aussi une marchette ou un fauteuil roulant.

Enfin, elles suggèrent l’instauration d’un horaire de circuit plus adapté aux personnes vivant dans les quartiers limitrophes et les villages environnants.

 

Partager cet article