Jardin Scullion parmi les 150 plus beaux jardins au monde

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Jardin Scullion parmi les 150 plus beaux jardins au monde
Honoré par la sélection de son jardin par Les Guides de voyage Ulysse, Brian Scullion affirme avoir encore plusieurs projets d’envergure dans les cartons. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

C’est maintenant écrit noir sur blanc : le Jardin Scullion figure parmi les 150 plus beaux jardins au monde. C’est du moins l’avis des éditeurs des prestigieux Guides de voyage Ulysse, au sein desquels l’entreprise de l’Ascension-de-Notre-Seigneur s’est récemment taillée une place.

Les Guides de voyage Ulysse, qui comptent plusieurs dizaines de volumes portant sur différents thèmes, font l’inventaire des plus belles destinations à travers le monde.

Parmi eux se trouve Les 150 plus beaux jardins du monde, dont le Jardin Scullion fait désormais partie, aux côtés de jardins tels que le Jardin Exotique de Monaco, des jardins hispano-musulmans de l’Alhambra en Espagne, ou encore du Jardin Majorelle à Marrakech. Un velours pour le propriétaire des lieux, Brian Scullion, qui a consacré sa vie à l’aménagement de son jardin.

« Ils m’ont simplement appelé pour m’annoncer que nous avions été retenus. C’était une belle surprise! », dit-il.

Plusieurs critères ont présidé à la sélection du Jardin Scullion, comme « sa beauté, son intérêt botanique, culturel ou artistique, l’expérience touristique qu’il permet de vivre et son accessibilité », peut-on lire sur le site web des Guides de voyage Ulysse.

Selon Brian Scullion, la parution de son jardin dans le guide mondialement réputé contribuera à le faire rayonner à l’international.

Croissance

Par ailleurs, le passionné de conifères vient tout juste d’investir 100 000 $ dans le remplacement de ses serres, qu’il souhaite moderniser.

Les nouvelles serres, d’une superficie de 600m², seront plus efficientes sur le plan énergétique, et leur contrôle, entièrement automatisé. De nouvelles installations qui permettront au Jardin Scullion de plus facilement répondre à la demande en fleurs, notamment à celle des municipalités.

Brian Scullion en profitera également pour aménager une nouvelle rocaille, laquelle jouera en quelque sorte le rôle de salle d’exposition. Il explique que la rocaille sera complémentaire au jardin de conifères, qui s’étend sur un kilomètre et comporte quelque 350 variétés de résineux.

« Je veux continuer d’introduire des nouveaux conifères et que les démos soient là-dedans. La rocaille va donner un avant-goût du jardin, et les variétés que je teste dans le jardin seront en démonstration pour la vente dans la rocaille. Moi, je ne vends pas de plantes avant de m’assurer qu’elles soient résistantes à notre climat. »

Enfin, trois nouveaux gazebos ont été implantés sur le site afin que les visiteurs puissent casser la croûte durant leur parcours.

 

Le Jardin Scullion présente une myriade de paysages, tout aussi enchanteurs les uns que les autres (Photos par Yohann Harvey Simard):

Partager cet article