Tempête: La Ferblanterie Boily à la rescousse

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Tempête: La Ferblanterie Boily à la rescousse
D’une rare force, les vents qui ont soufflé lors de la tempête du 23 décembre dernier ont emporté des toitures parfois toutes entières. (Photo : tirée de Facebook)

Le propriétaire de la Ferblanterie Boily, Joël Boily, a fait une parenthèse dans ses vacances des Fêtes afin de venir en aide aux personnes dont le toit a été emporté lors de la tempête du 23 décembre dernier.

Exceptionnellement le 27 décembre dernier, le propriétaire de la ferblanterie de Saint-Bruno a ouvert son commerce pour que les gens puissent s’y procurer les matériaux dont ils avaient besoin afin de procéder à une réparation d’urgence de leur toiture.

« À Saint-Bruno, il vente tout le temps, donc la toile, ça ne faisait pas vraiment. Il fallait temporairement réparer avec de la tôle », explique-t-il, alors qu’il avait lui-même dû réparer le toit de son père le 26 décembre.

C’est d’ailleurs en le voyant à pied d’œuvre sur le toit de son père que des passants se sont mis à interroger Joël Boily quant à la façon de rapidement rafistoler leur propre toit.

« À partir de là, je me suis dit que je devais absolument ouvrir demain. Surtout qu’il annonce de la pluie en fin de semaine, et quand il mouille en dedans, tout brise. »

Étant donné l’ampleur des dommages occasionnés par les forts vents, la Ferblanterie a été prise d’assaut le mardi 27 décembre, notamment par des résidents de Saint-Bruno et d’Hébertville-Station. Déjà une trentaine de personnes étaient venues y acheter des feuilles de tôle en milieu d’après-midi, indique Joël Boily.

« Je n’ai pas arrêté de la journée! Je roule au maximum! J’essaie de dépanner le plus de monde possible avec du matériel pour qu’ils se réparent vite fait! »

Le ferblantier a décidé de prolonger l’ouverture exceptionnelle de son commerce en raison de l’importance de la demande. « Tant que je vais avoir de la tôle, je vais être ouvert! »

Joël Boily précise qu’il n’a pas profité de l’occasion pour hausser ses prix, qui demeurent ainsi les mêmes qu’avant la tempête. « Le but, dit-il, c’était vraiment juste d’aide le monde! »

 

 

Partager cet article