L’aluminium et le redécoupage électoral au cœur des préoccupations de Brunelle-Duceppe

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
L’aluminium et le redécoupage électoral au cœur des préoccupations de Brunelle-Duceppe
Le député de Lac-Saint-Jean réclame la création d’un observatoire indépendant sur l’aluminium. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Si la question de l’immigration s’est avérée particulièrement prégnante au sein de l’agenda d’Alexis Brunelle-Duceppe en 2022, le député de Lac-Saint-Jean a également pris position sur les dossiers de l’aluminium et du redécoupage électoral de son comté.

Alors qu’en décembre dernier, un article du journal La Presse révélait que Rio Tinto ne payait pratiquement pas d’impôts pour sa filiale aluminium au Québec, le bloquiste a notamment réitéré la nécessité de mettre en place un observatoire national indépendant sur l’aluminium.

Selon Brunelle-Duceppe, du fait de sa neutralité, l’observatoire permettrait « d’analyser toutes les données pour nous aider à comprendre, nous, comme décideurs publics, comment on gère le dossier de l’aluminium. Pour l’instant, tout ce qu’on a, c’est le discours de la compagnie. On n’a pas de contrepoids face à ce discours-là. Ce n’est pas normal pour une industrie aussi importante dans notre région. »

« C’est quoi, les avantages énergétiques de la compagnie en fonction des investissements qu’elle fait? Combien d’impôts elle paie par rapport aux investissements? Comment on calcul ça, la prime du Mid-West, c’est quoi, ses impacts? Pourquoi c’est si difficile de transformer l’aluminium au niveau régional? » Tout autant de questions auxquelles pourraient répondre les experts d’un observatoire national indépendant sur l’aluminium, argue le député.

Redécoupage électoral

L’été dernier, les élus du comté de Lac-Saint-Jean ont vivement contesté le redécoupage de la carte électorale fédérale proposé par Ottawa, qui impliquerait la fusion à la circonscription de Jonquière des municipalités de Saint-Bruno, d’Hébertville, d’Hébertville-Station, de l’Ascension-de-Notre-Seigneur et de Saint-Ludger-de-Milot.

Le bureau du député, de pair avec les élus concernés, s’est mobilisé afin que le comté de Lac-Saint-Jean conserve les cinq municipalités.

« Ce n’est pas qu’on n’aime pas Jonquière, mais on n’a pas les mêmes enjeux. On ne peut pas séparer des communautés d’intérêts dans différentes structures politiques, ça ne fonctionne pas », fait valoir Brunelle-Duceppe.

Ottawa soumettra une nouvelle proposition le 30 décembre. Le scénario idéal serait que la carte électorale demeure inchangée. Dans le cas où la contreproposition ne satisferait pas les élus, le député affirme qu’il aura droit à une dernière représentation devant la Chambre des communes pour plaider sa cause.

Partager cet article