Un mandat de grève voté à l’unanimité par les employés de la Villa d’Alma

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Un mandat de grève voté à l’unanimité par les employés de la Villa d’Alma
En 2014, de nombreuses manifestations tenues devant la Villa d'Alma avaient ponctué la négociation de la convention collective de travail. (Photo : TRIUM MÉDIAS - Archives)

C’est de façon unanime que les membres du Syndicat des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) Section Villa d’Alma ont voté pour un mandat de grève générale illimitée à exercer au moment opportun.

Malgré les échanges respectueux et les accords sur les clauses normatives, a indiqué par voie de communiqué la déléguée syndicale de la Villa d’Alma, Liliane Malouin, les parties ne s’entendent toujours pas sur les conditions salariales. Une augmentation du taux à horaire à 18$/heure est réclamée.

« Vous n’êtes pas sans savoir que la hausse du coût de la vie nous fait mal. Les échelles salariales prévues à la convention sont nettement insuffisantes! Une préposée peut gagner entre 14.25 $ et 16.15 $ l’heure. Par chance, le gouvernement a reconnu que notre travail était essentiel et a accordé une prime qui nous permet d’avoir 4$ de plus, mais sans jamais dépasser 21.27$. »

Toutefois, se demande la déléguée syndicale, « il va nous arriver quoi lorsque la prime sera terminée? Les chefs en cuisine gagnent entre 14.63$ et 20,12$. Vous y pensez? ».

De plus, elle estime « qu’avec de meilleurs salaires, l’employeur n’aurait sûrement plus à engager des ressources qu’il paie plus cher par des agences ».

« Il faut impérativement donner un coup de barre dans les salaires. Avec ce qui est proposé, les travailleuses et travailleurs devront faire des choix déchirants puisque le lait, l’essence et les autres produits de consommation augmentent sans arrêt! », déplore quant à elle Hélène Brassard, vice-présidente régionale de la fédération de la santé et des services sociaux – CSN (FSSS-CSN).

Elle ajoute que le salaire des employés devrait constitué une priorité pour l’employeur alors que la « rétention du personnel est difficile et que les conditions de travail ne sont pas du tout attirantes afin de recruter de nouveaux employés ».

Partager cet article