Malgré le virage numérique, se déplacer en boutique demeure l’option privilégiée

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Malgré le virage numérique, se déplacer en boutique demeure l’option privilégiée
Sandra Rossignol, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) ; Marie Desgagnés, directrice générale du Hub et Marc Bouchard de Segma Recherche. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Une nouvelle étude commandée par le Regroupement des chambres de commerce du Saguenay–Lac-Saint-Jean et le Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean conclut que les consommateurs de la région préfèrent toujours se déplacer en boutique pour effectuer leurs achats, malgré l’omniprésence du commerce en ligne et le virage numérique.

En effet, selon un sondage réalisé par la firme Segma Recherche, les gens préfèrent acheter en magasin pour toucher et voir le produit. Selon eux, la force des boutiques, c’est la proximité, le service et la confiance envers le personnel. Le prix et la variété des produits demeurent néanmoins un défi.

Quant au web, celui-ci a une place significative dans les habitudes des consommateurs, surtout auprès des jeunes, qui le préfèrent en raison du plus bas prix et de la plus grande variété de produits.

Par ailleurs, les deux sont un vase communiquant. L’étude démontre qu’une boutique en ligne favorise les chances que les consommateurs achètent dans les commerces de la région.

Vitalité économique

L’objectif de l’étude visait notamment à prendre connaissance des préoccupations et des défis que rencontrent les entreprises dans un contexte où le numérique est omniprésent.

« C’est une excellente nouvelle, a mentionné Sandra Rossignol, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF). Pour le dynamisme économique, avoir des commerces qui ont pignon sur rue, c’est ce qui fait qu’il y a de la vitalité ».

L’étude, réalisée par la firme Segma Recherche a été effectuée en trois phases. 1 007 citoyens et 139 entreprises ont été contactés, tandis que quatre groupes de discussions totalisant 27 personnes ont été formés.

Virage numérique

L’étude démontre aussi que plusieurs entreprises ont une méconnaissance de ce qu’est le « virage numérique ».

« C’est beaucoup plus qu’être sur Facebook ou sur Tiktok. Plusieurs entreprises ressentent de la pression en raison des médias sociaux et veulent être partout. Or, il serait mieux pour elles de faire davantage de ciblage », ajoute Sandra Rossignol.

En ce sens, il est démontré que le site web d’une entreprise est largement consulté, tandis que l’importance d’une page Facebook est souvent surestimée.

Selon le regroupement des chambres de commerce, les entreprises ne savent pas nécessairement vers quelle porte se tourner lorsqu’il est question d’obtenir de l’accompagnement pour se lancer dans le numérique.

Partager cet article