Vers un nouveau centre de transbordement ferroviaire à Alma?

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Vers un nouveau centre de transbordement ferroviaire à Alma?
Un centre de transbordement ferroviaire pourrait voir le jour dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est d’ici 2024. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

La CIDAL lance une étude de marché sur le projet de centre de transbordement ferroviaire à Alma, un projet évalué à plus de 5 M$.

Rappelons qu’en 2019, un sondage réalisé par la CIDAL en collaboration avec le Collège d’Alma auprès de 35 entreprises de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est concluait que le volume des expéditions justifiait la mise sur pied d’un centre de transbordement ferroviaire sur le territoire.

D’une durée de 16 semaines, l’étude permettra de valider avec plus de précision les avantages et les limites d’un développement ferroviaire.

Il s’agira notamment d’identifier les utilisateurs et les secteurs d’activités pouvant bénéficier d’un centre de transbordement ferroviaire au sein de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, de même que les produits qui y transiteraient et les volumes projetés.

La démarche s’inscrit dans la même lignée que celle entreprise par le comité CMAX-transport visant à améliorer l’efficacité du réseau ferroviaire de façon générale au Lac-Saint-Jean, indique le directeur général de la CIDAL, Martin Belzile.

Actuellement, les seules entreprises qui ont accès aux voies ferrées à Alma sont celles qui y sont raccordées directement, comme Rio Tinto, Produits forestiers Résolu ou Nutrinor. La création d’un centre de transbordement permettrait donc d’élargir l’accès au réseau ferroviaire à toute entreprise dont les activités en justifient l’usage.

Répondre aux besoins

La mise en place d’un centre de transbordement ferroviaire sur le territoire, dit-on, permettrait également la création ou la consolidation de 1425 emplois. Il en découlerait aussi des effets bénéfiques sur les chaînes d’approvisionnement des entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« Le projet vient d’abord et avant tout des besoins exprimés par les entreprises. Par son rôle relatif au développement des parcs industriels de la Ville d’Alma, la CIDAL veut confirmer la viabilité du projet. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est une région exportatrice au sein de laquelle l’amélioration du réseau d’export permettrait à nos entreprises d’être encore plus concurrentielles », explique la présidente de l’organisme de développement économique, Sylvie Beaumont.

« Si l’étude est concluante, nous entamerons la deuxième étape qu’est la sélection d’un site à Alma et l’octroi d’un mandat d’élaboration des plans et devis en 2023. Nous poursuivrons aussi nos démarches de financement auprès des différentes sources pour un début de chantier en 2024 », précise quant à lui Martin Belzile.

Par ailleurs, ce dernier rappelle qu’une meilleure exploitation du réseau ferroviaire constituerait une façon de pallier le manque de camionneurs.

De plus, sur le plan de la rentabilité, « le train devient compétitif après une certaine distance, c’est-à-dire au-delà d’environ 1 000km. »

Partager cet article