Brasserie Walkyrie : Une hydromellerie bientôt à Lamarche

Julien B. Gauthier
Brasserie Walkyrie : Une hydromellerie bientôt à Lamarche

Une hydromellerie, qui fabriquera des boissons alcoolisées à base de miel, devrait ouvrir ses portes à Lamarche à l’automne. Les trois propriétaires espèrent ainsi vendre leurs produits en magasin, dans les restaurants et dans les bars partout au Québec et ouvrir une boutique où il sera possible de déguster sur place.

La brasserie Walkyrie devrait se situer au 134, rue Principale, à Lamarche. L’objectif étant d’y transformer le miel sur place et d’en faire un restaurant-bar. C’est dans un esprit de revitalisation du secteur que les trois entrepreneurs de la région, Pierrot Lessard, Laurent Vuichet et Gabriel Lavoie, ont choisi cette municipalité.

Ils ont d’ailleurs déjà embauché un apiculteur et collaborent avec les Miels Raphaël d’Alma, là où ils exploitent une centaine de ruches.

« Notre objectif est notamment de revitaliser le milieu de Lamarche. Mais c’est aussi parce que c’est ma municipalité natale. Nous sommes conscients que le plus gros de notre chiffre d’affaires se fera surtout en magasin et dans les restaurants, mais nous souhaitons également offrir l’opportunité de consommer sur place », explique l’un des actionnaires, Pierrot Lessard.

Un produit méconnu du public

Un autre objectif est également de faire connaître cette boisson plutôt méconnue du public, qui est pourtant l’un des plus vieux alcools du monde. Si tout se passe bien, la Brasserie Walkyrie sera en mesure d’offrir à la population une première recette élaborée à base de miel en novembre. À plus long terme, un vin d’érable n’est également pas exclu.

« Notre modèle d’affaires est surtout tourné vers la vente dans les bars, les restaurants, de la région et partout au Québec. En revanche, le fait d’être à Lamarche, d’ouvrir un local accessible aux gens, un lieu de rencontre, c’est quelque chose qui est en demande chez nous », ajoute-t-il.

Élaboration du projet

Le projet a est le fruit d’un travail de quatre ans par les trois entrepreneurs. L’an dernier, ils ont débuté l’élaboration d’un plan d’affaires, de même qu’une formation auprès de la firme en gestion conseil Forgescom pour mener leur projet à terme.

Le projet étant évalué à 130 000 $, les trois jeunes hommes espèrent pouvoir boucler le financement sous peu. Jusqu’à présent, ils ont pu obtenir l’aide du CLD de Lamarche, de la CIDAL et de Services Québec.

« S’il n’y avait pas eu la COVID, notre brasserie serait déjà ouverte », souligne M. Lessard.

D’ici là, Pierrot Lessard, effectue actuellement des démarches afin d’obtenir un permis de restaurant auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux. Ce faisant, ils pourront également vendre de la bière.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des