Fusillade à Ottawa : Denis Lebel en sécurité.

Fusillade à Ottawa : Denis Lebel en sécurité.
vaste périmètre de sécurité à Ottawa.

FUSILLADE. La fusillade a fait au moins un mort et deux blessés. Un des tireurs est décédé dans l’édifice du centre.

Le ministre Denis Lebel a confirmé qu’il était en sécurité sur son compte Twitter.

« Je suis en sécurité. J’avais des obligations à l’extérieur du Parlement ce matin et je suis à l’extérieur du périmètre de sécurité », a-t-il écrit.

 

De son côté, le député du NPD dans Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin, est présentement barricadé.

 

« Le lockdown continue. On nous dit qu’on est davantage en sécurité à l’intérieur du Parlement qu’à l’extérieur dû au 2e tireur sur le toit. », écrit-il sur twitter.

Événements

Une personne armée s’est introduite dans le Parlement ce matin armée d’un fusil. Une dizaine de coups de feu auraient alors retentis à l’intérieur des murs du Parlement. Un militaire a été atteint par balle au Monument de la guerre, donc derrière le Parlement. Des coups de feu auraient également été entendus au Château Laurier et au coin des rues Queen et Metcalfe. D’ailleurs, une civière serait transportée au Château Laurier selon de récentes informations. La police d’Ottawa présume qu’un suspect serait entré dans l’édifice RBC au coin de Queen et Metcalfe.

Impossible pour le moment de savoir l’ampleur des blessures des victimes. Les cours sont annulés à l’Université d’Ottawa et les étudiants présents en classe doivent se barricader dans les classes. Les édifices fédéraux de Gatineau et la Maison du Citoyens sont également entrés en période de confinement. Le «lockdown» s’étend des édifices Pearson, Diefenbaker et Portage ainsi que le centre-ville.

L’armée a été appelée en renfort. Réactions «Je ne veux même pas penser à ce qui se produit en ce moment. Ça change tout. La femme à qui j’ai parlé dans la bibliothèque du Parlement, elle m’a dit qu’elle était debout de l’autre côté de la porte de la bibliothèque et qu’elle pouvait voir le tireur à travers la vitre de la fenêtre. Il avait un fusil et a apparemment défilé dans le hall d’honneur avec le fusil», indique Peter MacKay, ministre de la Défense.

La dame n’a toutefois pas été en mesure d’identifier le tireur. Elle a seulement remarqué qu’il portait un chandail à capuchon. Il n’est pas en mesure d’indiquer comment le tireur a pu s’introduire dans le Parlement avec le fusil.

«Cet édifice est l’édifice du peuple. Et nous avons été capables d’être fiers de son accessibilité. Je déteste de devoir penser à la possible nécessité de fermer l’édifice au public à cause de la paranoïa et de peurs légitimes. Donc les événements changent tout», ajoute le ministre.

Ce dernier n’a pas vu le tireur, mais a entendu une dizaine de coups de feu. Il avait enlevé son manteau et était prêt à entrer en chambre lorsqu’il a entendu les coups de feu. Il croyait d’abord que c’était des bruits associés aux travaux de construction. Puis, il raconte que soudainement, les gens se sont mis à arriver en courant dans le corridor et ils ont suivi les gardiens de sécurité qui demandaient aux personnes présentes de sortir.

De son côté, le maire d’Ottawa, Jim Watson, affirme être «stupéfait et attristé» par les événements.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des