La MRC Lac-Saint-Jean-Est mandate son CLD

La MRC Lac-Saint-Jean-Est mandate son CLD

André Paradis a confiance que le CLD va poursuivre son excellent travail pour le développement économique de la MRC Lac-St-Jean-Est. Il est ici en compagnie de Laval Girard

DÉLÉGATION. Même si officiellement, le gouvernement a aboli les Centre locaux de développement, CLD, celui de Lac-St-Jean-Est connaîtra une période de sursis d’un an alors que la MRC Lac-St-Jean-Est qui délègue sa responsabilité pour le développement économique.

« Le CLD Lac-St-Jean-Est n’a pas été aboli comme tel. Cependant, la Loi 28 donnait aux MRC la responsabilité du développement économique. Le conseil de la MRC a décidé, pour un an, au Centre local de développement, de déléguer notre responsabilité. Pendant ce temps-là, on va continuer à discuter pour mettre en place une structure de développement économique qui va répondre davantage à nos besoins », explique André Paradis, préfet de la MRC.

Ainsi, la MRC va être en mesure de profiter des gens en place au CLD et de l’expertise dans les dossiers en cours pour poursuivre le travail et pour prendre en charge les nouveaux dossiers qui vont arriver.

« On a une expertise importante au CLD et le personnel va continuer au cours de l’année qui vient. Le ministre a donc accepté que l’on délègue notre responsabilité en attendant une transition vers une organisation que l’on ne connait pas encore », ajoute André Paradis

Ce n’est donc pas avant un an que l’on connaîtra le sort réservé à la dizaine d’employés qui oeuvrent actuellement au CLD et qui sont responsables de mener à bien le volet du développement économique en accompagnant les différentes entreprises dans leurs démarches.

Route 169

Dans un autre dossier, soit celui du tronçon de la route 169 dans la réserve faunique des Laurentides entre Hébertville et la jonction de la route #175 ainsi que le tour du Lac-Saint-Jean, de nouveaux délégués siègeront sur le Comité de vigie Route 169.

Les maires Lawrence Potvin de Métabetchouan—Lac-à-la-Croix et Martin Sauvé de St-Nazaire de même que Marc Asselin de Ville d’Alma et le préfet André Paradis, siègeront sur ce comité en compagnie des autres élus qui seront délégués de la part des deux autres MRC du Lac-St-Jean.

Notamment, le représentant régional du ministère des Transports, Gilles Boily, sera également invité à se joindre aux discussions de ce comité.

En décembre dernier, la levée de bouclier médiatique avait fait reculer le ministère des Transports qui voulait réduire la qualité d’entretien de cette route et d’un autre tronçon dans le secteur de St-Henri-de-Taillon.

Partager cet article