« Le redémarrage de l’Usine Dolbeau n’affectera pas la papeterie Alma » — Daniel Paradis, président du Syndicat

« Le redémarrage de l’Usine Dolbeau n’affectera pas la papeterie Alma » — Daniel Paradis, président du Syndicat

Daniel Paradis, président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papier Alma Inc, se réjouit du redémarrage de l’Usine Dolbeau de Produits forestiers Résolu alors que quelque 135 travailleurs retrouveront un emploi régulier. Il ne s’inquiète pas de cet ajout de production régionale car la papeterie Alma œuvre dans des niches de production de papiers spécialisés différentes du type de papier qui sera produit à Dolbeau.

Au même moment où Daniel Paradis était en entrevue à nos bureaux, à Dolbeau, Richard Garneau, président et chef de la direction de Résolu annonçait le redémarrage de son usine de papier à Dolbeau-Mistassini.

Cette décision fait suite à la réception d’un avis d’acceptation de la soumission concernant la vente d’électricité à être produite à sa centrale de cogénération de Mistassini à Hydro-Québec. Le redémarrage de l’usine représente un investissement de 20 millions de dollars.

La reprise de la production de papier d’impression commerciale surcalandré (SNC et SCB) s’effectuera aussitôt que le rappel de tous les employés sera complété. La réouverture de l’usine permettra de créer environ 135 emplois directs.

Très impliqué en partenariat avec le comité de direction de la papeterie Alma, Daniel Paradis était bien au fait de ce qui se tramait derrière le projet de Dolbeau.

« Au départ, je suis très heureux pour tous les travailleurs et c’est tout à leur honneur pour ce qu’ils ont fait pour relancer cette usine. Ils vont fonctionner avec une seule machine au lieu de deux et ils ne seront pas en concurrence avec Alma », souligne le président Paradis.

À Alma, en étroite collaboration avec la direction, les différents investissements des dernières années ont permis à la papeterie de développer une production dans des créneaux très pointus comme le papier annuaire, la papier pour les livres et le papier Equal offset.

« On est dans des niches différentes qui nous donne des produits plus concurrentiels dans les différents marchés », souligne Daniel Paradis.

Quant à l’approvisionnement en électricité, cette réouverture n’aura pas d’impact à Alma.

Déjà, la papeterie Alma doit assumer depuis quelques mois 100 % de ses coûts d’électricité en raison d’un changement dans la comptabilisation des revenus d’Hydro Résolu.

« On continue à travailler fort pour abaisser nos coûts de production », de conclure Daniel Paradis.

Concernant l’impact qu’aura la réouverture de l’Usine Dolbeau sur l’ensemble du marché, la direction de Résolu est demeurée vague.

« La Société procède à une évaluation de son réseau d’usines de papier afin de s’assurer que sa production demeure équilibrée », s’est limité à dire le président Richard Garneau.

Rappelons que Produits forestiers Résolu offre une grande variété de produits, notamment du papier journal, des papiers d’impression commerciale, de la pâte commerciale et des produits du bois. La Société possède ou exploite 21 usines de pâtes et papiers et 22 usines de produits du bois aux États-Unis, au Canada et en Corée du Sud et commercialise ses produits dans plus de 90 pays.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article