Les bétonnières sur la plage soulèvent des interrogations

Les bétonnières sur la plage soulèvent des interrogations

BERGES. Jeudi dernier, dans le secteur de St-Gédéon-sur-le-lac, la présence de bétonnières a soulevé bien des questionnements de la part des résidents du secteur. Rio Tinto Alcan réalise en effet à ces endroits des travaux majeurs de restauration des berges, suites aux imposants dégâts des derniers mois de 2013 et 2014.

Depuis janvier dernier, RTA réalise en effet des travaux majeurs, dont la mise en place d’un perré pour contrer les problèmes d’érosion récurrents dans ce secteur.

En réponse aux questions du Journal Le Lac-St-Jean, Claudine Gagnon, conseillère principale / relations médias, nous a apporté les précisions suivantes:

« Il s’agit effectivement de travaux en lien avec le perré installé à St-Gédéon-sur-le-Lac. Nous avons rencontrés chacun des riverains concernés récemment pour leur proposer des alternatives d’accès à la plage: escalier et passerelle pour traverser le perré (proposition initiale) ou abaissement du perré sur une larguer d’environ 3 mètres pour accéder à la plage (ouverture au travers le perré). Cet accès doit être recouvert d’un trottoir de béton pour une question de sécurité (pour prévenir l’infiltration du sable dans les pierres du perré) », nous précisait Claudine Gagnon.

Jeudi dernier, la présence des bétonnières s’explique par la réalisation de ces trottoirs de béton, devant chacune des résidences du secteur.

L’escalier permettant d’accéder à la plage débouchera donc sur ce trottoir surbaissé de part et d’autre du perré. Cette méthode permettra de ne pas limiter la solidité même du perré tout en s’avérant un moyen pratique de redonner accès à la plage de façon convenable.

Les riverains réagissent rapidement

Jeudi dernier, il n’a pas fallu de temps que des photos de l’événement des bétonnières sur la plage ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux.

Notamment, le site « Riverains EN COLLÈRE » s’est vite emparé de l’information pour questionner une nouvelle fois Rio Tinto Alcan sur ses méthodes de correction des bris occasionnés aux plages du lac Saint-Jean en raison du mode de gestion utilisé par RTA.

On pouvait notamment y lire:

— « Pendant qu’on parle de "la crue"… Qui l’eut cru, à Saint-Gédéon sur le lac ! Après le perré… le béton … sont-ils au-dessus de la loi sur l’Environnement ? Partagez les amis, c’est du jamais vu ! »

— « Sur la plage de Saint-Gédéon, près de l’entrée de la Belle Rivière. C’est pas des bernaches qui sont apparues ce matin. Qui peut bien donner l’approbation de bétonner des trottoirs d’accès au lac par-dessus du perré ? »

— « Si ce n’était que de RTA, probablement qu’il érigerait une muraille de 3 mètres de hauteur et de 220 km de long sur le tour du lac . Incroyable comme il abuse. RTA manipule le gouvernement sans aucun doute. »

— « RTA va-elle peindre le fond du lac bleue ? Tant qu’à réparer les berges comme si s’était une piscine, est-ce la prochaine étape ? Après tout nous somme des bleuets ! »

— « QUESTION DE DROIT- Ils prennent le droit parce qu’ils ont effectivement tous les droits depuis 1922. Et c’est justement ce message de réviser les droits qui est demandé par Riverains 2000 Inc., par la chaire éco-conseil de UQAC de Claude Villeneuve et même maintenant par les MRC. Les riverains, plaisanciers et autres utilisateurs du lac n’ont aucune possibilité de faire valoir leurs droits face à ce géant qu’est Rio Tinto Alcan par le biais de sa division Énergie Électrique. Le gouvernement lui-même le pourra-t-il ? Le Alcan, bon citoyen corporatif, n’existe plus comme l’a si bien dit poliment David Culver…« l’Alcan d’avant n’existe plus. »

Partager cet article