Les Fêtes gourmandes sont de retour du 2 au 4 août, au Parc Ste-Anne

Les Fêtes gourmandes sont de retour du 2 au 4 août, au Parc Ste-Anne

Lors du point de presse

Après deux ans d’absence, les Fêtes Gourmandes du Saguenay—Lac-Saint-Jean seront de retour du 2 au 4 août prochain, au centre-ville d’Alma, au Parc Ste-Anne. Ce retour est notamment possible grâce à une entente de trois ans avec l’organisation de la Tournée des chefs « Goûtez le Québec », mise sur pied par Transcontinental Média qui offrira tout l’encadrement technique pour l’événement alors que l’organisation des Fêtes gourmandes a le mandat de recruter une trentaine de producteurs régionaux pour les associer à cette fête mettant en vedette les produits de la région.

En conférence de presse ce matin à Alma, le comité organisateur a fait état de l’avancement du dossier des Fêtes gourmandes qui se sont retrouvées dans un cul-de-sac financier il y a deux ans.

« Les Fêtes Gourmandes du Saguenay—Lac-Saint-Jean forment une entreprise d’économie sociale qui œuvre dans le secteur bioalimentaire et l’agrotourisme depuis 1997. Au cours des deux dernières années, avec l’appui du CLD Lac-Saint-Jean-Est, un groupe de 25 personnes a travaillé à l’élaboration d’un nouveau plan stratégique afin de permettre le retour de l’organisation. En effet, le conseil d’administration des Fêtes gourmandes a effectué un processus de planification stratégique qui a permis de réviser sa mission, sa vision ainsi que ses valeurs et il vient de proposer un nouveau plan d’affaires qui vise à répondre à des besoins exprimés par le milieu », a notamment souligné Diane O. Gilbert, présidente des Fêtes gourmandes.

Association et visibilité

Pour les trois prochaines années, les Fêtes gourmandes proposeront donc une nouvelle version de l’événement en association directe avec la Tournée des chefs « Goûtez le Québec ».

« Cette coopération reflète plusieurs des éléments de notre mission et vision, soit l’innovation, le travail en complémentarité et le développement durable. Les Fêtes gourmandes participeront aux démarches de l’organisation, au recrutement des exposants et des bénévoles, donnant l’assurance de la représentation et de l’esprit régional. Elles verront aussi à promouvoir une présence régionale dans les trois autres régions visitées par la Tournée des Chefs », souligne Diane O. Gilbert.

Techniquement, sur le site de l’île Ste-Anne qui a été choisi pour sa proximité avec le centre-ville d’Alma et sa facilité d’accès, on retrouvera une trentaine de chapiteaux qui regrouperont une vingtaine de producteurs de l’extérieur de la région et une trentaine de la région proposant les produits locaux du Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Notamment, sous une dizaine de chapiteaux, on retrouvera des thématiques de cuisson qui seront développés par les chefs cuisiniers d’ici et d’ailleurs.

Au Québec cet été, quatre événements du genre se dérouleront dans le cadre de la Tournée des chefs, soit à Alma, en Mauricie, en Montérégie et Lanaudière.

Notamment, les producteurs qui seront présents à l’événement d’Alma seront invités spécifiquement pour les trois autres activités à travers la province, ce qui leur offrira une visibilité très importante à la grandeur du Québec.

L’événement annuel sera entièrement écoresponsable, renouvelé et devrait attirer une clientèle provinciale et internationale de plus en plus nombreuse, allant des gourmets en herbe jusqu’aux professionnels des métiers de la gastronomie, en plus de susciter l’intérêt de la population et de la clientèle de passage du Saguenay-Lac-Saint-Jean avec un produit attractif.

L’association avec la Tournée des Chefs permettra notamment à l’organisation des Fêtes gourmandes de rejoindre le public de trois autres grandes régions au Québec.

Représentant la Fédération de l’UPA du Saguenay—Lac-St-Jean, le président Yvon Simard salue bien haut l’initiative des Fêtes Gourmandes de contribuer à mieux faire connaître les produits agroalimentaires d’ici.

« Notre organisation veut encourager et favoriser l’implication des producteurs à mieux faire connaître leurs produits auprès des consommateurs afin que s’installe au sein de la classe agricole, une véritable culture de commercialisation efficace. Encore trop de producteurs pensent qu’une fois le cycle de production achevé, le travail est terminé alors que le processus n’en est qu’à 50 %, car là commence l’étape cruciale de la mise en marché efficace », de souligner Yvon Simard.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article