Mont Lac-Vert : Son avenir dans les mains des citoyens

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Mont Lac-Vert : Son avenir dans les mains des citoyens
Une consultation publique au printemps 2021 permettra de déterminer les impacts sociaux, communautaires et économiques du Mont Lac-Vert, selon Marc Richard. (Photo : Archives)

Hébertville réfléchit à l’avenir du Mont Lac-Vert et va consulter la population pour connaître son opinion. Alors que certaines infrastructures du centre de ski devront être mises à niveau, la municipalité veut prendre le pouls de la population afin de mesurer les impacts sociaux, communautaires et économiques du centre de ski.

« Nous sommes sollicités depuis plusieurs années afin de savoir si l’on doit maintenir, consolider ou développer le Mont Lac-Vert. Le conseil municipal a unanimement plaidé en faveur d’une consultation publique qui devrait arriver d’ici le printemps 2021 », explique le maire d’Hébertville, Marc Richard.

C’est que la mise à niveau de certaines infrastructures, dont les télésièges, engendrera des coûts considérables. La municipalité souhaite ainsi évaluer jusqu’où la population est prête à aller pour mettre au goût du jour certaines installations.

« Une bonne partie des infrastructures sont à échéance, donc on veut savoir jusqu’où on peut aller pour avoir les subventions, jusqu’où on est capable d’aller en règlement d’emprunt pour mettre à niveau cette installation, si c’est le désir de la population », fait valoir le maire.

Une première mise à niveau d’un télésiège avait été réalisée au coût de 800 000 $. Hébertville avait été en mesure d’obtenir une subvention de 400 000 $, mais avait dû adopter un règlement d’emprunt de 400 000 $.

Étant actuellement propriétaire à 100 % du Mont Lac-Vert, la municipalité d’Hébertville serait-elle prête à le céder totalement ou en partie? « On n’est pas rendus là du tout. On verra où la consultation publique va nous emmener. Avant de prendre quelque décision que ce soit, on veut consulter la population dans son ensemble », affirme Marc Richard.

Caserne

La construction de la nouvelle caserne d’incendies évaluée à 2 M$ devrait débuter d’ici le début du mois de novembre. Une subvention de Québec couvre 65% de la facture tandis qu’Hébertville débourse aux alentours de 500 000 $.

Rappelons que ce dossier est en préparation depuis 2016 et a pour but de répondre aux exigences du schéma de couverture de risques en sécurité incendie pour le secteur sud de la MRC Lac-Saint-Jean Est

Richard en réflexion

Si Marc Richard affirme être fier de son bilan, il juge trop tôt d’annoncer s’il sera à nouveau candidat aux élections municipales de novembre 2021.

« Six mois en politique, c’est une éternité. Je vais me laisser le temps. Ma décision finale n’est pas prise encore, j’ai une excellente équipe a l’hôtel de ville. Nous travaillons tous en consensus », conclut le maire.

Étant à son premier mandat, Marc Richard a été élu comme maire en 2017. Auparavant, il a été conseiller municipal de 2013 à 2017.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires