St-Bruno signifie ouvertement son opposition

St-Bruno signifie ouvertement son opposition

Le maire de St-Bruno

DISSIDENCE. La belle harmonie entourant l’annonce de l’entente historique sur la gestion régionale des déchets a été brisée par la municipalité de St-Bruno. Le maire Réjean Bouchard a signifié sa surprise et son étonnement dans ce dossier qui semblait faire l’unanimité

Quelques minutes après le dévoilement des termes de l’entente, à Alma, ce jeudi après-midi, la municipalité de St-Bruno a Émis un communiqué pour signifier sa dissidence, le tout coiffé du titre « La municipalité de Saint-Bruno est étonnée et surprise de la tournure actuelle que prend le site d’enfouissement. »

Le maire Réjean Bouchard se dit surpris et choqué de voir que l’on envisage d’agrandir le site d’enfouissement alors que des éléments essentiels ne sont toujours pas réglés et peuvent représenter un risque légal majeur pour les opérations actuelles du site.

« Il apparait que l’ensemble du protocole d’entente portant sur le statut légal du chemin d’accès au site n’est toujours pas finalisé et qu’aucune identification cadastrale n’a été légalisée, ce qui pourrait avoir pour effet d’invalider tous les permis relatifs aux travaux de construction sur le site », soutient Réjean Bouchard.

Travaux

Actuellement, des travaux de voirie ont été exécutés par la Régie, sans aucune autorisation ni délégation de compétence de la municipalité de Saint-Bruno. En outre, la plus grande portion de chemin est toujours la propriété de plusieurs propriétaires privés.

« Cette situation est risquée tant sur le plan juridique que pour la responsabilité civile en cas d’accident. Notre municipalité ne peut se permettre de cautionner de tels agissements sans même les dénoncer », d’ajouter Réjean Bouchard

Aux yeux de la municipalité, un autre aspect extrêmement préoccupant est que la Régie a complètement ignoré les requêtes du Conseil municipal de Saint-Bruno à l’effet qu’avant toute décision d’accueil de déchets additionnels, celle-ci devrait passer obligatoirement par une certaine forme d’information de la population, tout en incluant son acceptation sociale.

« En lieu et place, on nous annonce des ententes par le biais d’une conférence de presse ce que je considère comme insultant pour la population. Vous comprendrez qu’on ne peut tolérer que la population la plus impactée par un tel projet soit informée uniquement par l’annonce dudit projet », de renchérir Réjean Bouchard.

Le premier magistrat de St-bruno soulève également un autre aspect préoccupant de cette annonce qui se situe surtout sur la question de ce que le BAPE va penser de cette entente au chapitre des tonnages qui seront autorisés et des impacts sur les quelque soixante résidents du secteur.

« La municipalité n’est pas contre les fondements même du projet mais l’aspect légal se doit d’être finalisé de même que l’aspect de l’acceptation sociale, et ce, avant même de procéder à des ententes intermunicipales », de conclure Réjean Bouchard.

Partager cet article