Une 6e année sans hausse pour les citoyens

Une 6e année sans hausse pour les citoyens
Lucien Boily

STABILITÉ. Les citoyens des trois MRC du Lac-Saint-Jean desservis par la Régie des matières résiduelles peuvent dormir tranquille pour une 6e année consécutive. En effet, il n’y aura pas de hausse de prévue au budget 2016 ce montant demeurera le même en tenant compte du fait qu’il peut varier d’une MRC à l’autre, en fonction de l’historique des matières résiduelles.

Réuni en assemblée ordinaire à Alma ce mercredi, le conseil d’administration de la RMR du Lac-Saint-Jean a adopté son budget pour l’année 2016. L’exercice financier de la prochaine année s’annonce stable et ne prévoit aucune augmentation de la quote-part des MRC sur les matières résiduelles.

Pour l’année 2016, il en coûtera — en moyenne — moins de 180 $ la porte, et ce, pour une sixième année consécutive.

« On leur avait donné un mandat de ne pas avoir d’augmentation, ils ont épluché les budgets, ils ont retravaillé leurs affaires et on arrive avec une proposition qui est extrêmement intéressante. On voit qu’après six ans, on maintient le cap et on ne prévoit rien, au moment où on se parle, d’une augmentation dans les années qui viennent », se réjouit Lucien Boily, président de la RMR Lac-Saint-Jean.

Budget

Le budget d’opération de la RMR demeure donc stable avec un montant de revenus anticipés de 19 534 241 $ soit une diminution de 390 638 $ par rapport au budget de 2015. Les revenus proviennent à raison de 50 % des quotes-parts des MRC (taxes) et des ICI, à la hauteur de 11 617 746 $ alors que l’autre partie provient de la vente des matières et des redevances.

Quelques faits saillants ressortent de cette édition 2016 du budget.

Bien que la plupart des dépenses de la RMR demeurent stables, une légère augmentation de 160 000 $ est prévue, notamment pour suivre le coût de la vie des différents contrats liant l’organisme ainsi que la mise en œuvre de certaines actions en lien avec le plan de gestion des matières résiduelles révisé.

En effet, à la suite du dépôt du plan en octobre, quelques étapes sont à réaliser à partir de cette date, dont la création d’une commission de consultation pour que le projet soit soumis à la population, la tenue d’un séminaire d’information, la réalisation d’un sondage et terminer l’étude de caractérisation des déchets. De plus, des activités de sensibilisation doivent être mises en place.

Les investissements pour le PGMR-Révisé en 2016 s’élèvent à 113 000 $.

Concernant les revenus, une baisse de 250 000 $ est considérée. Plusieurs facteurs expliquent ce mouvement dont la vente du bois provenant des écocentres en raison de la modification des contrats au niveau du traitement.

Antérieurement, les revenus du bois pouvaient varier entre 25 $ et 35 $ la tonne mais la RMR s’occupait de le faire broyer et transporter. Au total c’est environ 4500 tonnes de bois qui transitent dans les écocentres.

Pour 2016, une entente avec Green Leaf (Usine de cogénération de St-Félicien) procure un revenu de 3 $ la tonne, une baisse de plus de 20 $. Par contre, l’entreprise prend en charge le traitement et le transport permettant d’économiser des frais de 165 000 $ représentant des frais évités d’environ 36 $ la tonne.

Partager cet article