Une descente symbolique en hommage d'Alfred Marchand

Par Laurie Fortin
Une descente symbolique en hommage d'Alfred Marchand
Alfred Marchand.

PILIER. Ceux et celles qui fréquentent ou ont fréquenté le Mont Villa Saguenay connaissent Alfred Marchand: l’un de ceux à qui on doit la survie du centre au fil des ans.

Récemment décédé, M. Alfred Marchand n’était pas celui qui cherchait les honneurs et le mérite de ces accomplissements. C’est pourtant lui, qui à la tête d’un groupe d’hommes d’affaires d’Alma est derrière la survie du Mont Villa Saguenay.

Un peu d’histoire

À l’époque propriété de Maurice Gagnon, le centre de skis est la proie d’un important feu, au début des années 70.

Compte tenu des investissements majeurs à faire, M. Gagnon hésite à entreprendre les travaux. C’est à ce moment que M. Marchand fait une première approche auprès de Ville d’Alma pour solliciter leur appui.

«À cette époque le quartier commençait à se développer. La municipalité a accepté de devenir partenaire la Corporation du centre de ski mont Villa Saguenay a été créée. M. Marchand est immédiatement devenu le directeur gérant et il a conservé ce rôle pendant près de 20 ans. Sous sa férule, le centre a pris son envol, avec l’installation de la remontée mécanique, l’acquisition de canon à neige, etc.», rappelle Pierre Bourdeau, à l’époque directeur des loisirs de Ville d’Alma.

Pour l’avoir étroitement côtoyé, Pierre Bourdeau sait quel genre d’homme c’était et avec quelle volonté et respect il pilotait ses dossiers. Selon lui, c’était un homme très dévoué pour la communauté.

«Il ne faisait pas ça pour lui-même et avait un don de soi assez grand»,

Difficultés financières

Une deuxième tuile s’abat sur le centre, victime dans les années 90 de problèmes financiers.

«La concurrence du Mont Lac-Vert n’aidant pas, la clientèle a diminué. Encore une fois, il a mobilisé des gens et ont réussi à faire comprendre à la ville que le Mont Villa Saguenay devait être perçu comme un investissement et non une dépense, un service à offrir à la population. Ils ont fait réaliser la richesse d’avoir un centre de ski en plein centre-ville», d’exprimer Pierre Bourdeau.

Un plan de relance a été mis sur pied et d’importants investissements ont été consacrés.

C’est par l’intérêt de ses enfants que M. Marchand a pris goût à faire du sport. Jusqu’à très tard dans sa vie, il pratiquait encore le ski, d’une manière enviable selon M. Bourdeau. Il aura d’ailleurs donné des cours durant plusieurs années.

Descente symbolique

Ce dimanche dès 9h, les adeptes de skis et proches de M. Marchand sont invités à participer à une descente symbolique au Mont Villa Saguenay.

Ce sera une occasion de rendre hommage à cet homme important dans l’histoire et le développement de cet attrait majeur de Ville d’Alma.

Partager cet article