Sports de combat : Maxime Dallaire s’inquiète

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Sports de combat : Maxime Dallaire s’inquiète

Le propriétaire de l’académie de boxe Le pugiliste d’Alma, Maxime Dallaire, avoue ne pas comprendre la vision du gouvernement à l’égard des sports de combat. Il s’inquiète pour l’avenir de la discipline.

« C’est dommage, parce que moi, ça fait 5 ans que je me bats pour rendre la boxe accessible pour tous, mais tout le monde, incluant le gouvernement, essaie de nous éloigner de notre objectif. On a l’impression que le gouvernement s’entête à ne pas vouloir comprendre ça et ne pas apprendre à mieux connaitre notre sport. Leur incompréhension fait en sorte, à mon avis, que la situation est mal gérée », lance le propriétaire de l’académie de boxe Le pugiliste d’Alma, Maxime Dallaire.

Ce dernier a fait ces commentaires au journal à la suite de l’annonce du gouvernement du Québec à l’effet que les sports de combat pourraient ne pas reprendre dans la province avant d’avoir un vaccin.

« Je trouve ça spécial la vision qu’a le gouvernement et la santé publique concernant les sports de combat. Je compare, par exemple, au dek hockey qui recommence. On s’entend que ceux qui vont jouer au dek au soleil, ils vont avoir aussi chaud et suer autant qu’un boxeur. Et les contacts, il va y en avoir aussi. Quand c’est du hockey, c’est correct, mais quand c’est du sport de combat, ce ne l’est pas. On a toujours été négligé. »

La mort d’un sport

Maxime souligne avoir peur d’assister à la mort d’un sport.

« Les nombreuses mesures de distanciation font que si je rouvre le gym, je ne serai pas en mesure d’avoir plus de 10 personnes par groupe. Pour être rentable et réussir à payer le loyer, il va falloir que je fasse beaucoup plus de séances par soir, mais je n’aurai pas plus de ressources. Ça, ça risque de poser problème. »

Garder les jeunes motivés risque de causer son lot d’ennuis également.

« J’avais des jeunes qui s’entrainaient depuis septembre dernier pour un gala qui a finalement été annulé. Tout le monde était motivé pour ça, mais là, j’ai peur qu’ils décrochent. Ça va être difficile de les garder passionnés encore longtemps s’ils ne peuvent plus pratiquer leur sport. Si je les perds eux, ça risque d’être difficile de continuer. »

En plus des jeunes, Maxime craint perdre d’autres membres qui ne voudront pas s’entrainer avec un masque au visage.

« Si on doit porter obligatoirement un masque pendant qu’on s’entraine, ça va compliquer encore plus les choses. Ça risque, ça aussi, de me faire perdre des membres. »

Le propriétaire de l’académie de boxe conclut en indiquant que malgré tout, le club se porte bien présentement. Une réouverture est normalement prévue en septembre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des