Almatois à New York : Hugues Dufour au cœur de l’épicentre de coronavirus

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Almatois à New York : Hugues Dufour au cœur de l’épicentre de coronavirus
(Photo : Courtoisie)

Propriétaire du restaurant M.Wells, c’est dans l’épicentre du coronavirus à New York, que le chef originaire d’Alma Hugues Dufour vie le confinement.

« Le nombre de personnes atteintes ici est incroyablement élevé. Il y a de plus en plus de gens que nous connaissons qui ont attrapé le virus, ou dont leurs parents sont décédés de la maladie. Ce n’est vraiment pas réjouissant », raconte celui qui vit dans la métropole américaine depuis plusieurs années.

De leur côté, Hugues, sa femme et leur jeune fille mentionnent bien se porter. Le jour, ils se rendent travailler au restaurant qui est tout près de leur résidence, et ils retournent ensuite se confiner à la maison.

« On accompagne aussi notre fille dans ses travaux scolaires. Ici à New York, l’école a continué, mais à la maison, puisque les écoles ne rouvriront pas avant septembre prochain. Sinon, la famille se porte bien. On se traite bien, on mange bien au restaurant, on prend le temps de faire les choses. Ma petite fille prend très bien ça, elle le vit bien. On est en santé et on ne prend pas de risque. »

Ville déserte

Hugues lance qu’il est très spécial de regarder par la fenêtre et de voir les rues de New York complètement désertées. Toutefois, il soulève que depuis quelques jours, de plus en plus de gens sortent de chez eux.

« Il fait de plus en plus beau et les gens commencent à sortir, tous avec des masques. Dans le quartier où je suis, ç’a toujours été relativement tranquille, et je n’ai jamais vu autant de gens qui marchent dans le quartier que présentement. Les gens sortent, mais ils ne vont pas d’en d’autres quartiers. »

Le déconfinement n’est toujours pas autorisé à New York, mais Hugues avoue que l’idée du déconfinement est quelque peu stressante.

« Il y a des villes au pays qui sont en train de le faire et ça va servir de cobaye si on veut. On peut espérer que ça se passe relativement bien ici, même si ce n’est pas prêt d’arriver pour l’instant. »

Un impact majeur sur son restaurant

Hugues Dufour se considère tout de même chanceux dans les circonstances. Son restaurant est toujours fonctionnel et il est en mesure de poursuivre une partie de ses activités.

« On a changé notre façon de fonctionner afin de demeurer ouvert. Maintenant, on fait des prêts-à-emporter et d’autres repas pour remplir le garde-manger, des repas à mettre au micro-ondes. On fait également des livraisons dans le quartier », indique-t-il.

Pour y arriver, l’équipe d’employés a été réduite au maximum. On y retrouve donc Hugues, sa femme ainsi qu’un couple d’amis qui demeurent tout près eux aussi.

« Ça ne fonctionne pas si mal, mais ce n’est rien comparativement aux chiffres que nous faisions avant. Le couple d’amis touche une prestation de chômage, donc ils viennent travailler pour donner un coup de main en fait, puisqu’ils ne sont pas payés. »

D’après le chef, cette formule devrait perdurer pendant encore longtemps et aucune réouverture complète n’est encore envisagée.

Changer à jamais

Cette crise aura un impact à jamais sur le restaurant. Hugues Dufour lance même ne pas savoir si M.Wells pourra rouvrir en tant que restaurant dans la prochaine année.

« On ne se dirige pas vers une réouverture en restaurant, pour être honnête. On pense changer de vocation et suivre l’idée de départ que nous avions avant d’ouvrir le resto et en faire un magasin général. Je rappelle que c’était ça l’idée, M.Wells, c’est pour Magasin Wells. On pense donc revenir aux sources. »

L’Almatois laisse entendre qu’avec les règles de distanciation sociale et de la limite de clients, il sera impossible de garder l’endroit rentable.

« Les marges étant si minces, on doit toujours attirer plus de monde. Si on est forcé de couper de moitié la clientèle, on est certain de ne pas y arriver et de ne pas pouvoir survivre. »

Partager cet article