Arianne Phosphate songe à transformer son produit ici au Québec

Arianne Phosphate songe à transformer son produit ici au Québec

Arianne Phosphate a confié à une firme spécialisée le mandat pour la réalisation d’une étude d’opportunité économique et de marché sur la faisabilité de transformer au Québec le concentré phosphaté extrait du projet minier du Lac à Paul.

Cette décision majeure a été annoncée ce jeudi à la fermeture des marchés boursiers et le mandat en question a été confié à la firme Cegertec WorleyParsons.

La direction d’Arianne Phosphate avait déjà évoqué son intention de procéder à pareille étude. Elle passe maintenant à l’action.

« Bien que l’expertise et l’objectif ultime d’Arianne Phosphate soient la réalisation du projet d’exploitation du gisement du Lac à Paul, elle adhère à la volonté du gouvernement du Québec de maximiser ici les retombées économiques de l’extraction des ressources minérales. L’étude d’opportunité permettra donc d’évaluer, notamment, les capacités, les types, la localisation et les besoins en énergie d’une potentielle usine de transformation », souligne notamment Karyna Tremblay, BA, coordonnatrice relation aux communautés d’Arianne Phosphate.

L’étude d’opportunité économique et de marché portera notamment sur la faisabilité de transformer le concentré phosphaté d’Arianne en acide phosphorique purifié et en produits fertilisants de nitro phosphate.

Dans cette étude exploratoire, qui sera fortement axée sur la justification commerciale ainsi que sur les marchés éventuels, Cegertec WorleyParsons regardera les capacités et les types d’usines appropriés sur le plan économique pour la seconde transformation du concentré phosphaté de haute qualité d’Arianne et les potentielles spécifications des produits finals.

De plus, la localisation d’une possible usine, incluant la région, sera évaluée ainsi que les besoins en énergie et autres matières premières, incluant leurs provenances, seront étudiés et identifiés. Le potentiel du marché d’exportation du produit transformé, ainsi que les coûts de la construction et de l’exploitation d’une telle usine seront également étudiés.

« Arianne reste fortement concentrée sur la réalisation de son projet de classe mondiale de Lac à Paul et sur son but de lancer sa production en 2017, c’est pourquoi nos énergies et notre expertise sont tous dédiés à cet objectif. La grande qualité du concentré qui sera produit par Arianne et ses ressources minérales majeures font que cette étude est fort intéressante et démontre au marché la qualité exceptionnelle de notre projet de classe mondiale », souligne Brian Kenny, chef de la direction.

Partager cet article