Doyle Van: transformer votre minifourgonnette en VR

Julien B. Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Doyle Van: transformer votre minifourgonnette en VR
Philip Doyle a fondé Doyle Van il y a trois ans. Lui et son équipe ont converti une dizaine .de minifourgonnettes jusqu’à maintenant (Photo : Trium Médias – Julien B. Gauthier)

Depuis trois ans, une entreprise d’Alma suscite l’engouement des amateurs de « van life ». Philip Doyle et son équipe convertissent des minifourgonnettes au goût du client, prêt à partir camper sur la route.

Bien répandu au Québec, le phénomène du « van life » vit un gain de popularité ces dernières années. Philip Doyle l’a bien compris. Lui, son fils et un ami convertissent à leurs heures des minifourgonnettes en véhicules récréatifs.

Toilette, douche, micro-ondes, réfrigérateur, télévision, four, système électrique, l’entreprise propose une panoplie d’options au goût du client. Celui-ci peut arriver avec son propre plan, ses couleurs ou encore, laisser le champ libre à l’équipe. De la simple base de lit à l’équipement le plus complet, les possibilités sont grandes.

« On réalise le rêve des clients. On veut qu’il se dise wow! en sortant d’ici. La personne n’a qu’à arriver avec son véhicule, peu importe la grosseur, allant de la simple Dodge Caravan au Sprinter. On respecte ses exigences, l’intérieur, les couleurs et entre six et huit semaines, le véhicule est prêt! », explique Philip Doyle, qui a eu l’idée de fonder l’entreprise alors qu’il aidait son fils à convertir un véhicule en VR.

Les prix peuvent varier et l’entreprise respecte le budget du client. Philip Doyle estime toutefois qu’avec un budget de 5 000 $, il est possible d’avoir un VR bien équipé pour prendre la route dans le confort.

Produit authentique

Si Philip Doyle a été « homme à tout faire » chez Produits forestiers Résolu, le retraité assure avoir appris la conception de VR « sur le tas ». « Pas question pour moi de regarder sur internet comment les autres font. Je veux rester authentique afin que notre produit se distingue. »

L’entreprise est composée d’une petite équipe de trois personnes, soit Philip, son fils Shawn ainsi qu’un électricien. Mais le fondateur espère pouvoir léguer à ses enfants une entreprise prospère d’ici quelques années.

Pour l’instant, l’entreprise loue un atelier dans le parc industriel d’Alma, mais l’acquisition d’un bâtiment fait partie des plans. S’établir dans ses propres installations sera la prochaine étape.

Par ailleurs, Doyle Van a commencé avec des débuts modestes il y a trois ans. Seuls Facebook, Kijiji et le bouche-à-oreille ont permis de faire connaître l’entreprise. Cela de l’a toutefois pas empêché de recevoir des demandes d’un peu partout de la région, allant de Chicoutimi au haut du Lac, et même de la Côte-Nord.

Partager cet article