Endettement chez les jeunes: la carte de crédit responsable

Endettement chez les jeunes: la carte de crédit  responsable

Sophie Racine

Selon un sondage commandé par la Coalition des associations de consommateurs du Québec, dont le Service budgétaire Lac-St-Jean-Est fait partie, quelque 71 % des jeunes de 18 à 29 ans interrogés ont déclaré posséder au moins une carte de crédit. L’endettement moyen sur carte de crédit des jeunes consommateurs est de 1700 $ et passe à 2200 $ chez les 25-29 ans.

La CACQ voulait se donner des munitions pour entreprendre sa campagne 2009 de sensibilisation au crédit et à l’endettement «Dans la marge jusqu’au cou ».

Le sondage omnibus a été mené auprès de 356 jeunes de 18 à 29 ans en rapport avec leurs habitudes de crédit et les chiffres ont été présentés lundi par Sophie Racine, consultante budgétaire et porte-parole de la campagne.

L’enquête démontre des choses surprenantes comme le fait que 24 % des jeunes ont déclaré faire toujours (10 %) ou souvent (14 %) l’épicerie à crédit. « Dans le cadre de notre pratique, on observe que la carte de crédit sert de plus en plus à joindre les deux bouts et à répondre à des besoins de base, tel se nourrir, et les jeunes font également partie du lot », relate Sophie Racine.

Elle constate aussi qu’il est tellement facile d’obtenir une carte de crédit aujourd’hui qu’il n’est pas surprenant de voir des jeunes avec une, deux ou trois cartes de crédit « Les jeunes que l’on rencontre dans nos bureaux sont pris au piège avec leurs cartes de crédit. Les soldes sont parfois tellement élevés qu’ils ne voient pas le jour où ils finiront de tout payer », de poursuivre la consultante budgétaire.

Faits saillants

Selon les résultats de l’étude, les principales constatations sont : — 71 % des jeunes de 18 à 29 ans interrogés ont déclaré posséder au moins une carte de crédit (2 % en possèdent cinq); — Pour 75 % des répondants, la limite disponible sur leur carte de crédit dépasse les 1000 $ pour une moyenne de 4900 $; — L’endettement moyen sur carte de crédit des jeunes consommateurs est de 1700 $ et passe à 2200 $ chez les 25-29 ans; — Un peu plus d’un jeune sur trois ne connaît pas le taux d’intérêt sur sa carte de crédit; — 30 % des jeunes interrogés déclarent qu’ils ne sont pas capables de faire face à un imprévu de plus de 250 $ et doivent utiliser la carte de crédit; — Dans 22 % des cas, ils ont obtenu leur première carte de crédit en cédant à la pression de la sollicitation. « Rappelons que les Canadiens sont endettés à 140 % de leur revenu et les cartes de crédit ne sont pas étrangères à ce phénomène. Les associations de consommateurs croient que le gouvernement a un rôle à jouer pour freiner la croissance de l’endettement et elles attendent avec impatience les résultats de la phase III de la révision de la Loi sur la protection des consommateurs qui portera sur le crédit. On demande au gouvernement du Québec d’interdire la sollicitation et la publicité sur le crédit auprès des jeunes de moins de 18 ans, auprès des jeunes dans les lieux qu’ils fréquentent, notamment les établissements scolaires, par la poste, par téléphone, par Internet ou autres », rappelle Sophie Racine.

Au Québec seulement, les jeunes représentent plus d’un million de consommateurs potentiels, d’où l’intérêt à la sollicitation et la facilitation des démarches pour obtenir une première carte de crédit.

Les jeunes sont invités à prendre connaissance sur le site web de la campagne où on retrouve des trucs pour garder le contrôle sur ses finances personnelles au www.cacq.ca.

Poster un Commentaire

avatar