Les riverains critiquent les travaux réalisés par Rio Tinto Alcan

Les riverains critiquent les travaux réalisés par Rio Tinto Alcan

LAC ST-JEAN. Sur la page Facebook « Riverains en colère », on vient de lancer une nouvelle initiative. Les citoyens insatisfaits du déroulement du programme de stabilisation des berges sont invités à se photographier avec un bandeau « Je suis Onésime » afin de signifier à Rio Tinto Alcan leur mécontentement.

Cette initiative fait directement référence à l’année1926 alors qu’Onésime Tremblay s’est battu pour défendre les droits des agriculteurs riverains du lac Saint-Jean qui venaient de perdre leurs terres suite au rehauss«

Depuis plusieurs semaines déjà, de nombreux intervenants publient à répétition des photos des travaux de stabilisation des berges réalisés par les entreprises embauchées par Rio Tinto Alcan.

De Chambord, en passant par Desbiens, Métabetchouan, St-Gédéon, Pointe-Wilson, Pointe-Taillon et même Vauvert, les citoyens dénoncent la façon de faire de RTA.

Notamment, dans le secteur des plages publiques, à St-Gédéon, Rio Tinto Alcan a recours pour la première fois à la mise en place de perré pour assurer la stabilisation des plages.

Ce secteur, lourdement affecté lors des grandes tempêtes de 2013, avait besoin d’une protection additionnelle et la compagnie a décidé de mettre en place un mur de protection en pierre le long de la rive. Plus tard au printemps, on va recharger la plage avec du sable de plus en plus fin et la grande majorité de ce mur de pierre va disparaître.

En plus de l’esthétique, les résidents du secteur se plaignent de la longueur des travaux et de la quiétude de l’environnement qui est ainsi troublée à longueur de journée dans le cadre de ces travaux d’envergure.

Appuis

Les appuis envers les riverains viennent de partout.

On y retrouve par exemple ce message de Daniel Lévesque, de Voile en Ligne, Magazine de voile:

« Je tiens à exprimer ici mon soutien aux gens du Lac Saint-Jean dans leur quête d’une meilleure gestion du bassin versant du lac. Depuis plusieurs années, les municipalités environnantes, les citoyens et plaisanciers demandent au gouvernement la possibilité de négocier un mode de gestion permettant le maintien d’un niveau d’eau suffisant pour permettre la circulation des bateaux et la protection des embarcations.

Consultations

Toute cette question des méthodes utilisées par RTA pour la stabilisation des berges fera l’objet d’un enjeux majeur lors des audiences publiques du BAPE l’an prochain.

À cet effet, on assiste à des actions sur le terrain.

Tout d’abord, le Comité de gestion durable du lac Saint-Jean mis sur pied par les trois MRC du Lac-St-Jean poursuit son travail de consultation auprès des riverains et débouchera sur une position commune et un consensus au cours des prochains mois.

En parallèle, Rio Tinto Alcan mène aussi une nouvelle série de consultations dans le cadre de la préparation de l’étude d’impact et des documents relatifs à sa demande de renouvellement du décret du programme de stabilisation des berges.

CET ARTICLE POURRAIT VOUS INTÉRESSER.

Un consensus sur la gestion du lac St-Jean

Partager cet article