Mathieu Lavoie devra purger cinq ans et deux mois

Mathieu Lavoie devra purger cinq ans et deux mois

Le juge Jean Hudon a qualifié de « gestes odieux » les faits reprochés à Mathieu Lavoie

GESTES ODIEUX. En rendant sa sentence contre Mathieu Lavoie qui avait tenté de mettre le feu au visage d’un autre individus et proféré des menaces à l’endroit des policiers de la Sûreté du Québec, le juge Jean Hudon a qualifié de « gestes odieux » posés par l’individu avant de lui infliger cinq ans et deux mois qu’il devra purger dans un pénitencier fédéral.

Ainsi prend fin une saga qui avait débuté à l’été 2013 alors que Mathieu Lavoie avait été intercepté dans la rivière Petite-Décharge, au centre-ville, alors qu’il voulait incendier la fontaine du centenaire.

Remis en liberté, quelques semaines plus tard, il s’en prenait à un autre individu en utilisant une bonbonne aérosol comme projecteur, lui infligeant ainsi de graves brûlures au visage et sur le corps.

D’ailleurs, cet individu ne s’est pas encore remis autant physiquement que psychologiquement de ce drame.

Soumis à des expertises psychiatriques, les rapports n’ont jamais été favorable envers Lavoie, ne démontrant aucun remords ni regrets.

Il en va de même pour sa haine envers les policiers, dont un agent de la SQ contre qui il avait ouvertement proféré des menaces par le biais de YouTube et par courriels.

Mathieu Lavoie était détenu de façon préventive contre lui-même et la société depuis quelque neuf mois.

Dans ce dossier, la Couronne réclamait une sentence de neuf ans de pénitencier pendant que du côté de la Défense, on réclamait trois ans.

Finalement, devant le risque élevé de récidive et le mauvais dossier du rapport présentenciel à son endroit, le juge Hudon a opté pour une peine de cinq ans et deux mois

Normalement, cette décision ne devrait pas être contestée, attendu la gravité des actes reprochés à Mathieu Lavoie et son lourd casier judiciaire constitué au cours de la dernière année.

Partager cet article