Pour l'amour de Julie et Clara, Stéphan Tremblay quitte

Pour l'amour de Julie et Clara, Stéphan Tremblay quitte

Avec un certain brin d’humour, le député Stéphan Tremblay a annoncé mardi qu’il serait plus utile pour « repeupler le Québec que comme député, au cours des prochaines années ». Alors, à l’issue du présent mandat qu’il va compléter, il ne se représentera pas comme candidat du Parti Québécois.

Stéphane Tremblay refuse que l’on interprète son geste comme en étant un de « démission » mais bien comme un « nouveau choix de vie », longuement mûri avec sa conjointe, Julie Bureau. La naissance de sa fille Clara, le 13 août dernier, a également accéléré le processus de réflexion menant à l’annonce de mardi.

Sur un ton serein, Stéphan Tremblay a annoncé qu’après mûre réflexion, il avait pris la décision de ne pas se porter candidat à la prochaine élection générale. « J’ai maintenant 32 ans et je suis député depuis dix ans. Je suis nouvellement père de famille et nous projetons, ma conjointe et moi, d’avoir une famille nombreuse. J’ai décidé d’investir dans ce projet de vie familiale tout le temps nécessaire. Dans cette perspective, j’en suis venu à la conclusion que je ne pouvais pas m’engager dans une course pour un prochain mandat comme député n’ayant pas la certitude que je pourrais y consacrer tout le temps nécessaire. J’ai trop de respect pour cette importante fonction pour m’y engager à moitié », a précisé avec franchise Stéphan Tremblay.

Il a mentionné que sa décision était personnelle et qu’elle ne devait en rien être considérée comme un désaveu ou un désabusement de la politique. Également, il insiste pour dire que ce n’est pas une démission mais bien un changement d’orientation dans sa vie. Il s’engage d’ailleurs à terminer son présent mandat en y donnant toute l’énergie nécessaire, comme il le fait depuis 10 ans maintenant.

Stéphan Tremblay ne tourne toutefois pas le dos définitivement à la politique : « Dans une quinzaine ou une vingtaine d’années, je verrai. J’aurai alors 52 ans ce qui est plus l’âge des gens qui sont actuellement en politique », lance-t-il un peu à la blague.

Il rappelle que lui-même n’avait que 22 ans quand il est entré en politique. Il était alors le plus jeune député à la Chambre des Communes.

Interrogé à savoir s’il était désabusé de la politique, le député répond : « Si je suis allé en politique, c’est parce que que j’étais désabusé de la façon dont on faisait de la politique et que je voulais changer des choses, amener des idées neuves et sur ce point, j’ai fait de belles choses », souligne-t-il.

Stéphan Tremblay ne veut pas non plus lancer un message négatif envers les jeunes et la politique. « Je crois toujours fermement qu’il est important de s’impliquer en politique et j’entends bien continuer à promouvoir l’importance pour les jeunes d’être présents dans les débats politiques. Mes convictions politiques demeurent les mêmes et je suis profondément convaincu que le Parti Québécois est de loin la formation politique la plus près des besoins et des aspirations des Québécoises et des Québécois. J’appuie sans réserve notre nouveau chef, André Boisclair, et je suis certain qu’il mènera ses troupes à une victoire convaincante à la prochaine élection. Je serai un militant de la première ligne lors de la prochaine campagne et lors du prochain référendum », soutient Stéphan Tremblay.

Investiture

Naturellement, la question était inévitable sur son éventuel remplaçant. À ce chapitre, Stéphan Tremblay a été très clair. Si son actuel adjoint de comté, Alexandre Cloutier, décide de se présenter à l’investiture, il aura son appui total et entier. Interrogé sur le message que transmet son appui immédiat à un éventuel candidat, Stéphan Tremblay se défend bien de vouloir influencer les membres de son parti. « Il n’y a pas de message. J’ai fait cinq élections, je suis un citoyen engagé. Mais là, pour ma famille, je dis non à l’horaire de fou d’un député. Si je dis immédiatement qui j’appuie dans la course à l’investiture, c’est parce que je suis honnête. Alexandre Cloutier, c’est un homme qui a le cœur à la bonne place, qui a des connaissances et de l’expérience. Je suis convaincu que ce serait un méchant plus pour le comté Lac-St-Jean », tranche-t-il. Parlant de ses grands résultats au cours de ses 10 ans en politique, Stéphan Tremblay estime notamment avoir été « un éveilleur de conscience » sur les enjeux majeurs tels la migration des jeunes, les conséquences sociales de la mondialisation, l’investissement socialement responsable, la remise en question des pratiques de Wal-Mart, les deux rapports des Mousquetaires et l’utilisation des sacs de plastique. Il estime également avoir contribué de façon concrète à la réalisation de projets importants dans sa circonscription, notamment, la phase deux de la Véloroute des Bleuets, le Pavillon de musique et l’agrandissement du Centre de transfert technologique en agriculture du Cégep d’Alma, la salle multifonctionnelle de Saint-Bruno, de nombreux projets d’infrastructures municipales, d’investissements privés et de soutien aux organismes communautaires.

Partager cet article