Quand le bruit dérange les patients

Julien B. Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Quand le bruit dérange les patients
Cette intersection est particulièrement problématique, selon le docteur Gilles Brunelle. (Photo : Trium Médias – Julien B. Gauthier))

Un chiropraticien d’Alma déplore les comportements de certains automobilistes, qui font crisser leurs pneus, tourner leur moteur à plein régime et qui prennent l’avenue du Pont Sud comme une piste de course.

« On avait des patients, surtout des gens âgés, qui faisaient des sauts sur la table, qui se sont fait réveiller, d’autres qui lâchaient des cris. Ça nuit à leur traitement. Juste le fait de bouger sur les tables de traitement peut être nocif », explique le docteur Gilles Brunelle qui, jusqu’à tout récemment, possédait une clinique au coin route du Lac et avenue du Pont Sud à Alma.

Même si sa clinique a récemment déménagé à Chicoutimi, l’homme habite toujours le secteur. Il dit entendre jour et nuit des véhicules modifiés. Selon lui, cette intersection est particulièrement problématique.

Il dit constater une augmentation de véhicules modifiés qui font du bruit à outrance depuis quelques années.

« Ce sont surtout des véhicules modifiés. On dirait qu’il y a un honneur pour eux. Plus ils font du bruit, plus ils sont importants, plus ils sont intéressants », déplore-t-il.

« À 1h30 du matin, ça cause un vacarme. À 5h le matin c’est la même chose. On se demande pourquoi il n’y a pas plus de polices », ajoute l’homme, qui a fait part de sa problématique au conseil de ville d’Alma.

Les véhicules bruyants ont causé du désagrément envers les patients de sa clinique, selon le docteur Gilles Brunelle.

Présence policière

La conseillère et présidente de la sécurité publique à la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, Sylvie Beaumont, dit avoir contacté le lieutenant de la Sûreté du Québec (SQ), Alain Girard, pour lui faire part de la problématique.

« Une surveillance est faite en continu. Les policiers sont bel et bien présents dans le secteur. Mais si on peut avoir une description du véhicule et une plaque d’immatriculation ou encore une plage horaire particulièrement problématique, c’est encore plus facile. Ils arrêtent régulièrement des véhicules qui sont non conformes. C’est un peu sans fin ».

Pas d’augmentation

De son côté, la SQ dit ne pas avoir constaté d’augmentation de plaintes en lien avec les motos bruyantes ou les véhicules modifiés. Elle se dit néanmoins très présente sur le terrain.

« On fait souvent des opérations en collaboration avec le contrôle routier pour vérifier les équipements, y compris le silencieux. Nous n’avons pas vraiment eu de signalement d’augmentation du bruit en lien avec les véhicules modifiés. À la SQ, il y a présentement un projet-pilote avec des sonomètres, ça se fait dans d’autres régions», explique le porte-parole de la SQ, Hugues Beaulieu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires