Quatre questions posées à Denis Lebel du Parti conservateur

Quatre questions posées à Denis Lebel du Parti conservateur
Denis Lebel

Pourquoi les électeurs du comté Lac-Saint-Jean devraient voter pour vous? Quel genre de député serez-vous? Expliquez en 750 caractères.

J’ai toujours placé les gens et l’économie au centre de mes priorités. Lorsqu’on regarde les projets potentiellement mobilisateurs et créateurs d’emplois qui sont présentement sur la table à dessins, je crois que nous sommes en mesure de dynamiser notre économie. Notre région possède des forces distinctes et bien à elle. On peut penser à la transformation de l’aluminium, à la forêt, au tourisme ou à l’agriculture. Pour peu qu’il y ait un député à l’écoute et qui a fait ses preuves au sein d’un gouvernement qui place l’économie au centre de ses préoccupations, tous les éléments sont réunis pour assurer la croissance de la circonscription Lac-Saint-Jean. Il faut croire en notre avenir et miser sur notre potentiel. Les électeurs peuvent compter sur mon total engagement. Je ferai encore la différence!

Quels sont les trois dossiers prioritaires pour le comté?

—Industrie forestière : le plan en cinq points du Parti conservateur du Canada saura faciliter l’essor de cette industrie. Nous entendons défendre les compétences de nos travailleurs, promouvoir nos bonnes pratiques environnementales ici comme à l’étranger, soutenir les efforts de notre industrie forestière, dénoncer les positions des militants extrémistes et réaliser, au besoin, de nouvelles études sur le caribou forestier.

—Transformation de l’aluminium : investir dans la recherche et le développement (Société de la Vallée de l’aluminium, Centre de transfert en extrusion, Centre de développement en friction-malaxage), valoriser la transformation pour faire croître la demande de cette matière première, supporter la réalisation de projets d’expansion, déployer ce secteur d’activités à son plein potentiel et créer des emplois pour les gens de la région, voilà ce qu’il faut faire pour ce fleuron de notre économie.

—Diversification de l’économie : il faut poursuivre la consolidation de nos acquis et surtout travailler de concert avec les entreprises afin de trouver de nouveaux marchés, mais aussi de nouveaux débouchés pour créer des emplois et rendre notre économie régionale plus performante. Tourisme, PME, agriculture et infrastructures sont des voies intéressantes à suivre.

Pourquoi votre parti est-il le meilleur pour former le prochain gouvernement? Pourquoi votre chef [Stephen Harper] est-il le meilleur pour être Premier ministre?

Nous avons prouvé hors de tout doute que nous sommes un parti qui dit ce qu’il fait et qu’il fait ce qu’il dit. Concrètement, nous avons tenu 95 % de nos engagements de 2011. Cela veut dire que les citoyens sont plus en sécurité, qu’ils ont plus d’argent dans leurs poches des et qu’ils sont en mesure de l’investir où bon leur semble. Une nouvelle loi est d’ailleurs prévue interdisant l’augmentation fédérale des taxes de vente et de l’impôt.

Quant à mon chef, sous son impulsion, des ententes historiques ont été conclues. Nous sommes le seul pays membre du G7 qui a signé des ententes avec 60 % de l économie mondiale. Cela implique une croissance des exportations et un produit intérieur brut bonifié.

Si vous n’aviez qu’une phrase à dire pour convaincre les gens de voter pour vous quelle serait-elle?

Ce serait un très grand honneur de vous représenter!

 

À LIRE ÉGALEMENT

Quatre questions posées à Sabin Simard du Parti libéral du Canada

Quatre questions posées à Gisèle Dallaire du Nouveau Parti démocratique

Quatre questions posées à Sabin Gaudreault du Bloc québécois

Partager cet article