Commerce local : Un centre-ville en transformation

Julien B. Gauthier
Commerce local : Un centre-ville en transformation
(Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Malgré la fermeture récente de plusieurs commerces au centre-ville d’Alma, la coordonnatrice de la Société de Développement Commercial du centre-ville d’Alma, Joanie Racine, veut se faire rassurante. Le commerce local est en pleine mutation. Par ailleurs, de beaux projets sont en cours de route.

La problématique des locaux vides ne touche pas uniquement le centre-ville d’Alma. C’est un phénomène qui est généralisé à la grandeur du Québec, voire à l’échelle internationale.

Et ce n’est pas nécessairement mauvais signe. Cela peut-même représenter une opportunité pour plusieurs entrepreneurs.

« Les propriétaires et les développeurs ont une très belle vision de ce qui s’en vient. Je parlerais plus d’un centre-ville en mutation plutôt qu’un centre-ville qui se déserte », affirme la coordonnatrice.

« Le centre-ville se transforme. De plus en plus, son offre de service augmente et il devient multiusage. On se dirige graduellement vers le divertissement, avec l’Escaparium, les microbrasseries, les salles de spectacle, le cinéma et j’en passe. »

Un centre-ville multi-services

S’adaptant aux réalités du 21e siècle, on retrouve maintenant au centre-ville des services adaptés aux besoins de tous, et particulièrement à ceux des étudiants et des professionnels.

Le Coconut Café Bistro en est un bon exemple. « Ça s’adresse à une clientèle étudiante et professionnelle, explique Joanie Racine. C’est comme un café qu’on retrouve à Montréal avec des branchements pour ordinateurs. On peut y faire des réunions, finir des travaux de session en prenant un bon café… C’est vers ce genre de chose qu’on se dirige. »

Garderie urbaine avec horaires atypiques adaptés aux travailleurs, centre de conditionnement physique avec mur d’escalade, clinique médico-esthétique, chacun y trouve son compte.

Joanie Racine rappelle également que l’Hôtel Universel a fait des démarches pour attirer davantage de congrès, ce qui sera nécessairement bénéfique pour l’économie locale.

Propriétaire pas inquiet

Le propriétaire et président de la Plaza 2 d’Alma, Charles Duchesne, n’est pas inquiet. Malgré cette période difficile, il tient à rappeler que les fermetures de commerce et la baisse d’achalandage est un phénomène répandu partout.

« Le monde achète beaucoup plus en ligne qu’avant, c’est clair. Il y a moins de lèches vitrines qu’avant », rappelle-t-il.

Malgré tout, deux grosses chaînes pourraient joindre la Plaza 2 prochainement. « On a deux gros noms dans le collimateur. Ils ont trois mois pour décider. On en saura plus prochainement. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des