Les producteurs laitiers de la région seront compensés

Photo de William Fradette
Par William Fradette
Les producteurs laitiers de la région seront compensés
Source: Pixabay

Ottawa a dévoilé ce matin que les producteurs laitiers canadiens se partageront 1,75 milliard $ au cours des huit prochaines années. Pour la région, c’est un soulagement pour les agriculteurs, qui étaient dans l’incertitude depuis des mois.

Chacune des 285 fermes laitières du Saguenay–Lac-Saint-Jean aura droit à un chèque du gouvernement fédéral dans les mois à venir. Pour compenser les pertes de revenus et de marchés découlant de l’Accord économique et commercial global (AECG) et de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), Ottawa distribuera 345 M$ dans la prochaine année ; le reste sur les sept années suivantes.

Questionné à savoir si les sommes promises suffiraient, Daniel Gobeil, président du syndicat des producteurs de lait de la région, a expliqué au journal Lac-St-Jean que bien que les montants soient importants, ceux-ci n’égalent pas les pertes encourues. Chaque producteur ou productrice recevra un chèque proportionnel à la grosseur de son cheptel. Une ferme de 80 vaches obtiendrait jusqu’à 28 000 $, par exemple.

Le marché devient de plus en plus compétitif

L’aide financière tombe à point, mais elle reste modeste compte tenu des concessions de marché importantes faites par Ottawa, vers l’Europe et l’Asie. L’industrie anticipait un coup dur, mais ne pensait pas que le contingent de produits laitiers étrangers, en particulier le fromage, serait si rapidement atteint.

D’autre part, lorsque le nouvel Accord de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique sera ratifié, l’arrivée de produits américains pourrait frapper encore plus fortement, en raison de leur proximité. « Je m’attends à une aide similaire quand l’Accord sera signé, ce sera à surveiller, car cette entente est pire que les deux autres au niveau du marché » a confié Daniel Gobeil, faisant référence aux 3,5 % de parts de marché qui seront cédées.

Hébert soulagé

Bien qu’au moment d’écrire ces lignes, il ne savait pas exactement quand les premiers chèques arriveraient, Richard Hébert s’est dit heureux et soulagé. « On nous reprochait d’avoir tardé, mais avec près de 11 000 producteurs ça prenait des ajustements » a déclaré le député de Lac-Saint-Jean, avant d’ajouter que les élus du Québec dans les comtés ruraux avaient insisté pour un règlement rapide avec les agriculteurs.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des