Volleyball : Quel avenir pour Les Grands Ducs ?

Photo de Janick Émond
Par Janick Émond
Volleyball : Quel avenir pour Les Grands Ducs ?
Maxime Gagnon et Samuel Meunier-Dufour avec l’édition 2018 du club. (Photo : Courtoisie)

À sa troisième saison, le club de volleyball de plage Les Grands Ducs d’Alma, piloté par Maxime Gagnon et Samuel Meunier-Dufour, se questionne sur son avenir.

« Nous allons nous en parler pas mal tout l’été du plan qu’il faudra établir. Quand nous avons lancé ça, on s’était dit qu’on ferait ça au minimum 3 ans, là on doit regarder ce qu’on va faire », explique Maxime Gagnon.

Malgré la passion pour le projet, c’est l’appui financier qui rend les choses plus difficiles. Le club doit faire la location des terrains, avoir en leur possession tout l’équipement nécessaire, sans compter les frais de déplacement vers des tournois provinciaux et nationaux pour les classes élites.

« C’est certain qu’on veut continuer, on aime ce qu’on fait et on sent qu’il y a encore une bonne demande. Ce n’est pas toujours facile, mais nous avons réussi à aller chercher de l’aide avec le centre Multi-fitness et l’Hôtel Universel », ajoute Samuel.

Stable

Le taux d’inscriptions est demeuré stable depuis le lancement du club à l’été 2017. En moyenne, c’est entre 45 et 75 athlètes toutes classes confondues qui y sont chaque année.

Pour cette nouvelle saison, le nombre de joueurs est d’un peu plus de 45. De ce nombre, une bonne partie était déjà inscrite lors des années précédentes.

« Nous avons un noyau solide qui est là depuis le début. En chiffre, je dirais que c’est 25 % des membres qui sont là depuis le début, un autre 25 % qui en est à sa deuxième année et le reste sont des nouveaux », indique Maxime.

Nouveautés

Les Grands Ducs ont apporté quelques changements à la formule 2019, principalement en ce qui concerne les groupes des camps.

« On a décidé cette année de réunir les deux classes (perfectionnement et élite) dans un seul camp. Ils sont ensuite divisés selon leur calibre sur le terrain, mais les deux classes se retrouvent à pratiquer au même moment et ils peuvent se côtoyer », dit Maxime Gagnon.

Pour ce qui est de la ligue récréative, la classe mixte disparait pour laisser place à une ligue masculine et féminine. Le format de match quatre contre quatre change aussi pour devenir du deux contre deux.

Pour ceux qui souhaitent jouer dans la ligue récréative, il reste toujours de la place. Pour plus d’informations, le club vous invite à les contacter via leur page Facebook.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des