À l’Orée des Champs inaugure son Économusée

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
À l’Orée des Champs inaugure son Économusée
Les propriétaires d'À l'Orée des Champs, Myriam et Dany Larouche, accompagnés de Carl-Éric Guertin (à gauche), directeur général de SRÉ. (Photo : Trium Médias - Yohann Harvey Simard)

C’est un nouveau chapitre qui s’amorce pour l’entreprise de Saint-Nazaire À l’Orée des Champs, qui inaugurait l’Économusée de la charcutière d’agneau la semaine dernière.

En visite libre ou guidée, tout a été mis en place afin d’offrir une expérience variée.

Une fermette permet aux visiteurs d’entrer en contact avec les agneaux, tandis qu’un circuit d’interprétation met en valeur la riche histoire de la ferme d’agneau ainsi que le patrimoine de l’entreprise familiale en activité depuis près de 100 ans.

Les curieux pourront également observer la charcutière Myriam Larouche à l’œuvre grâce à une vue sur l’espace de transformation de l’agneau.

Le développement de l’offre se poursuivra jusqu’à la saison estivale 2023 avec l’ajout d’activités à caractère numérique.

Étant donné que nous sommes en période électorale, dit-elle, Myriam Larouche, copropriétaire d’À l’Orée des Champs avec son frère Dany Larouche, préfère ne pas divulguer le montant des investissements requis à l’aménagement de l’Économusée.

Agrotourisme

Pour Myriam Larouche, l’ouverture de l’Économusée constituait l’étape finale du déploiement de la division agrotouristique de son entreprise, Entreprise Agro-Forestière DJFL.

« Il n’y a rien de vraiment nouveau dans l’idée de recevoir la clientèle touristique. Cette idée-là, elle est là depuis le jour un d’À l’Orée des Champs (division agrotouristique). Mais à travers les années, la voie vers la rentabilité de cette division-là a pris le dessus, et on s’entend que c’était la priorité numéro un », indique-t-elle, ajoutant qu’elle espère maintenant voir « les autobus de touristes se succéder ».

Un souhait qui pourrait bien se réaliser alors que la clientèle touristique est de plus en plus à la recherche d’un « contact authentique avec les producteurs », ce que permettent justement les Économusées, rappelle Julie Dubord, directrice générale de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Expansion

Par ailleurs, au mois d’août, À l’Orée des Champs a obtenu le permis nécessaire du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour faire la vente de ses produits par l’entremise de détaillants.

« C’est un magnifique cadeau puisque depuis la fermeture de notre comptoir à la Place Saint-Luc, je n’avais plus les permis pour amener mes produits dans des points de vente. »

Myriam Larouche souhaite notamment s’implanter au Saguenay, où ses produits sont particulièrement demandés.

 

Partager cet article