Fin de session parlementaire : Les bloquistes dressent leur bilan

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Fin de session parlementaire : Les bloquistes dressent leur bilan
Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe ont dressé leur bilan de session parlementaire le 30 juin dernier à Jonquière. (Photo : courtoisie)

C’est un bilan sous le signe de la pénurie de main-d’œuvre et du développement durable qu’ont dressé les deux députés bloquistes de la région, Mario Simard (Jonquière) et Alexis Brunelle-Duceppe (Lac-Saint-Jean), après la fin de la session parlementaire à Ottawa.

Pour sa part, le député de Lac-Saint-Jean dit avoir fait de l’accueil de travailleurs étrangers auprès d’entreprises et d’industries de la région une priorité. Il rappelle en avoir d’ailleurs fait la promesse en novembre 2021.

« J’ai travaillé très fort pour permettre à de nombreux travailleurs étrangers de s’en venir chez PFR, à Girardville et Saint-Thomas-Didyme, ainsi que d’accueillir plusieurs étudiants étrangers qui feront des stages chez nous, au Cégep de Saint-Félicien, dans le domaine de la santé et des services pour nos aînés. De plus, j’ai talonné le ministre à de nombreuses reprises pour qu’il livre la marchandise dans le dossier des ressortissants ukrainiens, que la région commence à accueillir », a-t-il mentionné.

Ressources naturelles

Quant à Mario Simard, celui-ci a mentionné avoir soutenu le déploiement de l’hydrogène à Saguenay, l’utilisation du phosphate dans les batteries électriques, de même que la sauvegarde d’un équipementier mondial de l’aluminium.

« Durant les derniers mois, j’ai valorisé l’expertise et le potentiel verts des projets d’ici. Comme je m’y étais engagé, j’ai poursuivi le travail de rassemblement des acteurs des milieux forestiers et politiques en organisant le premier Forum Forêts et changements climatiques du Bloc Québécois. Je continuerai d’ailleurs d’exiger qu’Ottawa supporte adéquatement notre richesse renouvelable », a-t-il fait valoir.

Gouvernement usé

Les deux députés disent s’attendre à voir le gouvernement Trudeau s’attaquer à la Loi 21, qui porte sur la laïcité de l’État, ainsi que la Loi 96 sur la protection du français.

« Les libéraux ont cautionné l’effritement du poids politique de la nation québécoise au Parlement canadien. C’est un choc de valeurs entre le Canada et le Québec », a lancé Brunelle-Duceppe.

« Si gouverner, c’est prévoir, la crise des passeports a tracé le portrait d’un caucus ministériel usé, qui peine à assurer des services de base aux Québécois. C’est un gouvernement incapable d’être proactif, qui préfère les coups d’éclat à la saine gestion des affaires de l’État », a ajouté Mario Simard.

Alexis Brunelle-Duceppe a pris la parole 118 fois au Parlement et 600 fois en comité. Quant à Mario Simard, il a pris la parole à 169 reprises et 200 fois en comité.

Partager cet article