Les Airbnb se conforment de plus en plus aux réglementations

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Les Airbnb se conforment de plus en plus aux réglementations
Une dizaine de demandes de permis d’exploitation de maisons de tourisme ont été déposées à Saint-Gédéon au cours des derniers mois. (Photo : Photo Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

Les détenteurs de maisons d’hébergement de type Airbnb tendent progressivement à se conformer aux nouvelles réglementations en la matière.

Rappelons qu’en 2020, Québec a apporté des changements législatifs afin de mieux encadrer ce type d’hébergements.

Le cas échéant, les locateurs doivent aussi se soumettre aux réglementations municipales en vigueur, comme à Saint-Gédéon, où un permis d’exploitation est également requis depuis 2020.

Or, en 2020 et 2021, très peu de demandes de permis ont été déposées à la municipalité malgré la présence de plusieurs Airbnb sur son territoire, indique le maire, Émile Hudon.

« On n’en avait pas parce que Airbnb ne l’exigeait pas de son côté, explique-t-il. Mais cette année, ils ont commencé à l’exiger. On n’a jamais eu autant de demandes de maisons de tourisme. On en a eu environ une dizaine. »

Quiétude des résidents

S’il laisse entendre que la cohabitation entre les locataires de Airbnb et les résidents est harmonieuse pour le moment, le maire soutient que l’adoption de règlements municipaux propres à Saint-Gédéon demeurait importante.

« Par exemple, si le service d’urbanisme détermine qu’une maison a une fosse septique pour six personnes, on ne permettra pas qu’ils soient 25 là. »

Des règlements ont été également définis quant aux nuisances pouvant être occasionnées par les locataires de Airbnb.

« Si les gens dans les Airbnb font des gros partys ou trop de bruit, les citoyens peuvent porter plainte et appeler la police. »

De plus, avant d’accorder un permis, Saint-Gédéon exige que les résidences touristiques soient munies d’une pancarte « à louer » durant 15 jours.

« Comme ça, les gens peuvent s’interroger et venir nous voir par rapport à ça avant qu’on donne l’autorisation. »

Pour la municipalité, ces différents règlements constituent un levier lui permettant de refuser l’émission de permis, ou encore de sévir contre les contrevenants, notamment en leur retirant leur permis d’exploitation.

Métabetchouan-Lac-à-la-Croix

Quoique moins sévère, une réglementation similaire a également été mise en place à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

« On voulait surtout se protéger en ce qui a trait à la quiétude des gens », résume le maire, André Fortin.

Comme à Saint-Gédéon, les propriétaires de Airbnb de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix commencent eux aussi à se plier aux exigences de leur municipalité alors qu’une à deux demandes par mois y ont été soumises dans les derniers mois.

Pour l’heure, les deux municipalités n’envisagent pas d’interdire les hébergements de type Airbnb sur leur territoire. Si nécessaire, leur présence pourrait toutefois être limitée dans certains secteurs de Saint-Gédéon, « mais on n’est pas rendus là », insiste le maire.

Partager cet article