« Un trou noir d’informations » – Annie Brassard, citoyenne d’Alma

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
« Un trou noir d’informations » – Annie Brassard, citoyenne d’Alma
La Pointe-des-Américains. (Photo : Trium Médias - Yohann Harvey Simard)

Qu’entend-t-on par « coupes d’arbres chirurgicales »? Le sentier sera-t-il éclairé? Comment fera-t-on pour assurer une cohabitation harmonieuse entre les différents types d’usagers? Plusieurs questions demeurent sans réponse quant au projet de développement de la Pointe-des-Américains.

Malgré de nombreuses incertitudes, une chose est sûre : le nouveau sentier de la Pointe-des-Américains sera recouvert de poussières de pierre et fera 5 mètres de largeur (3m de voie circulable et 1m de dégagement de chaque côté).

Or, Benoît Poiraudeau, qui fréquente le site depuis de nombreuses années, doute qu’il soit possible d’aménager un tel sentier sans réaliser d’importantes coupes forestières.

« J’ai déjà travaillé à l’aménagement d’un sentier en poussières de pierre dans le secteur de Beauport. Donc, je sais de quoi je parle. Je connais les normes et les travaux que ça nécessite. Alors quand ils disent qu’il va y avoir un abattage chirurgical d’arbres, je me pose des questions. »

De plus, il a été indiqué que le degré d’inclinaison du sentier n’excédera jamais 1%. Une promesse qui, là encore, semble difficilement réalisable selon Benoît Poiraudeau.

« S’ils veulent réussir à faire ça, ils n’auront pas le choix de faire plein de lacets (zigzags). Mais dans ce cas-là, ça implique tout un déboisement. »

« Le niveau d’élévation à partir de l’eau est d’environ 300 à 400 pieds », rappelle pour sa part Annie Brassard, elle aussi une habituée de la Pointe-des-Américains.

Pour l’heure, Alma a affirmé que le nouveau sentier s’étalera sur quelque 3 km, mais n’a rien précisé quant au tracé exact qu’il suivra.

Accessible à tous?

« En ce moment, la version qu’on a, c’est que le sentier va être accessible tout le monde, même aux personnes âgées et en fauteuil roulant. »

Bien que l’intention soit louable, admet-elle, Annie Brassard s’interroge toutefois sur la faisabilité d’un sentier qui serait véritablement accessible à tous.

« Honnêtement, si j’étais une personne âgée, c’est certain que je ne me rendrais pas de la rue Sainte-Anne jusqu’à l’eau. Et pour un fauteuil roulant, ça va tout simplement être impossible. »

Elle suggère qu’en fait, le principal objectif du projet ne serait pas vraiment d’offrir une meilleure accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

« J’ai l’impression que c’est plus un projet qui est fait pour l’entraînement des équipes sportives et pour attirer des touristes, mais qu’on ne veut pas le dire comme ça parce qu’on pense que tout le monde va dire non. Mais ce n’est pas sûr qu’on va dire non, on voudrait juste savoir quelles sont les orientations du projet. Pour l’instant, c’est un trou noir d’informations. »

.

Benoît Poiraudeau et Annie Bouchard estiment qu’il serait surprenant que les aménagements prévus rendent effectivement la Pointe-des-Américains accessible aux personnes à mobilité réduite

Partager cet article